Aller à la navigation Aller au contenu
Duceppe

Programme | Gaz Bar Blues

Une production Duceppe présentée du 18 janvier au 18 février 2023 au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts. En coproduction avec La Bordée. Une présentation La Presse.

Maxyme G. Delisle
David Laurin et Jean-Simon Traversy

Mot des codirecteurs artistiques

On nous demande souvent ce qui nous a poussés à adapter Gaz Bar Blues au théâtre. La réponse est simple. Parce que nous retrouvons dans cette œuvre tous les éléments qui constituent l’ADN de Duceppe: un récit accessible et rassembleur, des situations à la fois drôles et touchantes, des personnages complexes et un miroir de la société québécoise dans un monde en pleine transformation. Mais ce qui nous a surtout convaincus d’adapter le film à la scène, c’est sa profonde humanité, la même qui a marqué les grandes productions de notre compagnie au cours des 50 dernières années.

Nous avons aussi eu un immense coup de cœur pour Louis Bélanger. Le réalisateur et scénariste du film a un don manifeste pour raconter des histoires. Son écoute et son humilité lui permettent de mettre en valeur les gens qui l’entourent de façon exceptionnelle. Nous aurions pu l’écouter nous parler de sa famille et de son enfance au gaz bar familial pendant des jours. Nous tenons à le remercier du fond du cœur pour sa confiance et pour son implication dans le processus créatif. Il nous aura permis d’aborder son œuvre et de nous l’approprier comme peu de créateur·trice·s accepteraient de le faire. Et nous lui en sommes profondément reconnaissants.

Nous tenons également à remercier notre équipe de création, qui a redoublé d’ardeur pour faire de cette production un événement à la fois musical et théâtral. Un immense merci à nos deux généraux, Édith Patenaude (mise en scène) et Mathieu Désy (conception musicale), à Guillaume Corbeil pour le conseil dramaturgique, à nos concepteurs et conceptrices et à nos formidables interprètes – particulièrement ceux et celles qui ont accepté de se plonger dans l’apprentissage d’un instrument pour le bien du spectacle.

Dans une entrevue accordée au magazine L’actualité après la sortie du film, Louis mentionnait que le cinéma devait servir à comprendre le monde qui nous entoure et à informer les générations futures: «Dans 20 ans, les gens qui verront Gaz Bar Blues auront une idée de ce qu’étaient les petits commerces de quartier à l’époque de la chute du mur de Berlin et de l’arrivée de la mondialisation. J’ai beaucoup appris sur les années 1960 avec les films de Brault, Perrault, Groulx. Le cinéma ne peut pas être juste du divertissement, même si je n’ai rien contre.»

Cette année marque le 20e anniversaire de Gaz Bar Blues. On espère que cette adaptation frappera l’imaginaire de la nouvelle génération et lui donnera envie d’écrire le Québec de demain.

Bonne représentation!

David et Jean-Simon
Codirecteurs artistiques

Louis Bélanger

Mot de l'auteur

«Ode au monde ordinaire». C’était mon titre de travail quand j’écrivais les premières moutures de Gaz Bar Blues. C’est ce que je voulais faire… rendre hommage à mon père et à la faune qui gravitait autour de sa station service à Limoilou. Je dis toujours que j’ai appris autant au Gaz bar que sur les bancs d’école. J’avais 13 ans et j’étais les mains de mon père qui souffrait de la Parkinson. J’y ai appris sur la vie, sur les gens, sur la camaraderie, sur «l’hommerie».

Gaz Bar Blues, c’est un vieux copain. Plus de 20 ans déjà qu’il m’accompagne. Gaz Bar, c’est le film mais aussi la merveilleuse trame sonore écrite par mon frère Guy et Claude Fradette. Une musique qui a touché le monde autant que le film. Et aujourd’hui Gaz Bar a été complètement revisité pour devenir une pièce de théâtre avec de la nouvelle musique. Cela me réjouit vraiment de le voir poursuivre son bonhomme de chemin sous une nouvelle forme.

Alors, merci à David Laurin, à Édith Patenaude, à toute l’équipe de chez Duceppe. Merci à cette nouvelle distribution. Merci surtout à Jacques, Jacqueline, Lucie, Claude, Claire, Guy, Céline et Danielle qui ont vécu cette histoire à la maison et au 138 avenue de Lamontagne à Québec.

Louis Bélanger
Scénariste, réalisateur

Bio de Louis Bélanger

Louis Bélanger est un des rares cinéastes du Québec à pouvoir se revendiquer à la fois du cinéma d’auteur·trice et du cinéma populaire. Résolument campée à hauteur d’homme, personnelle et universelle, son œuvre dessine des paysages riches et immédiatement familiers, qui font la joie des cinéphiles d’ici et d’ailleurs.

Post Mortem, son tout premier long métrage, frappe l’imaginaire par sa proposition audacieuse et son climat insolite. Le film est désigné en 1999 par Variety comme «un des films les plus frappants à émerger du Canada français depuis des lustres». Cinq prix Jutra et trois prix Génie complètent un tableau de chasse amorcé au Festival des films du monde, où il a obtenu le Prix de la mise en scène.

En 2003, Gaz Bar Blues reçoit un accueil tout aussi chaleureux, tant de la part de la critique que de celle du public. Inspiré de la propre histoire familiale de son auteur, fils d’un propriétaire de station-service de Québec, le film fait le tour du monde et remporte de nombreux prix.

Suivront Le génie du crime (2006), The Timekeeper (2009), Route 132 (2010) et plus récemment Les mauvaises herbes (2016), une œuvre tonique et inspirée. Ce film a remporté deux prix Iris au Québec et a bénéficié d’une impressionnante carrière à travers la planète. Sélectionné lors de plusieurs festivals, il a remporté le Valois du public ainsi que celui du meilleur scénario au Festival du film francophone d’Angoulême.

En plus de son travail pour le grand écran, Bélanger réalise les téléfilms Lies and Deception (2005) et Deadlines (2010). Il réalise également des téléséries: En thérapie – saison 2 (2014), Séquelles (2016). Ainsi que des documentaires remarqués: Lauzon Lauzone (2000) et Louis Martin, journaliste (2011).

Louis Bélanger est nommé en 2017 Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française, distinction venant souligner sa carrière exceptionnelle, plus particulièrement sa contribution à la promotion et au rayonnement du cinéma en langue française.

Son tout dernier long métrage de fiction, Vivre à 100 milles à l’heure, a remporté le Prix du public – Meilleur long métrage, au Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) 2019, en plus d’avoir été en sélection officielle au Festival du film francophone d’Angoulême. «Un peu comme pour mon film Gaz Bar Blues, il s’agit une fois de plus de repartir sur les traces de mes souvenirs, une partie étant autobiographique et l’autre faite d'événements réinventés» - Louis Bélanger. Il signe également la réalisation de la série Anna et Arnaud, diffusée à l’automne 2022.

Dernière mise à jour: printemps 2022
Photo: Bertrand Calmeau
Édith Patenaude par Éva-Maude TC
Éva-Maude TC
Édith Patenaude

Mot de la metteuse en scène

Dans les derniers jours de chaque création, alors que je suis toute entière absorbée à mettre tous les morceaux en place pour que le spectacle soit aussi éloquent que possible, on me demande de produire un texte comme celui-ci. À chaque fois, je m’exaspère: si j’ai bien fait mon travail, je ne devrais pas avoir à ajouter quoi que ce soit. À chaque fois, je retrace le chemin intellectuel fait pendant le processus et y déniche un angle un peu philosophique, un peu politique, à partir duquel entrer en conversation avec vous.

Je cherche depuis quelques jours ce qu’il y aurait, cette fois-ci, de bon à vous dire. Je pourrais disserter de progrès ou de la chute du mur de Berlin comme métaphore de notre époque. Mais voilà, au-delà des grandes idées, tout ce que j’ai envie d’ajouter sont des hommages. C’est que la nostalgie qui émane de Gaz Bar Blues ne cesse de m’attendrir et de me ramener à la maison.

Mon père est un homme de peu de mots. En famille, il écoute en silence, sauf pour quelques blagues finement préparées, glissées dans la conversation avec espièglerie. Nous, ses trois filles et sa femme, nous esclaffons chaque fois, heureuses de lui signifier par là notre affection. Parfois, en promenant son bon vieux labrador, nos regards déposés sur le sentier plutôt que l’un sur l’autre, il converse un peu plus librement: de la ferme de son enfance, de politique, des villes américaines qu’il traversait quand il était camionneur. Et puis, le silence se réinstalle.

Tant d’amour peut être échangé sans se le dire.

Pour moi, c’est mon père. Pour quelqu’un d’autre, ce sera l’oncle, la sœur, le voisin, tout un quartier. Les personnages qui peuplent Gaz Bar Blues, on les connaît. Ils appartiennent à une époque qui s’estompe, celle où existaient ces lieux – parvis d’église, marchés, dépanneurs ou gaz bar – où il était possible de traîner pour le simple plaisir d’être avec ses semblables.

Je suis entrée dans l’univers de Gaz Bar Blues mue par la responsabilité de faire honneur à une œuvre cinématographique chérie; mais aussi par la conviction que David Laurin avait raison de vouloir transposer le récit à la scène. Il était tout naturel que ce monde revive par le théâtre, cette étrange pratique qu’a inventée l’humain pour, encore et toujours, se rassembler.

Plus que jamais, j’ai eu conscience à travers ce projet de la nature collective de la pratique théâtrale. J’étais là pour offrir une direction et encourager chacun·e à se dépasser, mais le travail accompli par l’ensemble supplante de loin le mien seul. Je n’ai jamais été témoin d’un tel engagement de la part d’une équipe. Chacun·e mérite que son apport soit célébré.

Merci d’abord et avant tout à Mathieu Désy, qui a fait un travail de composition et de direction musicale stupéfiant. Il a littéralement insufflé vie au spectacle et je demeure renversée devant son talent et son implication infatigable.

Merci aux concepteur·trice·s d’avoir travaillé avec acharnement et délicatesse à ciseler chaque détail, conscient·e·s de la fragilité de l’objet. Merci à Chloé d’en avoir tant pris sur ses épaules, et toujours dans la joie. Merci aux équipes technique et de production, dont le soutien sensible a été inestimable. Merci aux directions de Duceppe et de la Bordée pour leur courage et leur ingéniosité. Il en faut pour mettre en place les structures nécessaires à la création d’un tel objet.

Et bien sûr, merci au groupe magnifique d’interprètes. Ils et elle ont été d’une rigueur et d’une générosité rien de moins qu’émouvantes. Ils et elle sont devenu·e·s une vraie bande, leur communauté soudée faisant naturellement écho à celle du gaz bar. Très souvent, en répétition, je suis redevenue simple spectatrice, oubliant tout à fait mon rôle de direction devant ce groupe qui s’animait, raffinant un passage musical difficile en riant d’un trait d’esprit de Martin Drainville, dans le confort familier de la salle de répétition. J’oubliais que je travaillais, trop occupée à déborder d’amour pour ces lieux bénis, gaz bar ou salle de répétition, où se trouve, finalement, tout ce qui compte.

Édith Patenaude
Metteuse en scène

Bio d'Édith Patenaude


Finissante du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2006, Édith Patenaude s’est aussitôt lancée dans la création. Avec Les Écornifleuses, dont elle assure la direction artistique pendant dix ans, elle développe un territoire de création libre. Au sein de cette compagnie de Québec, elle écrit notamment Barbe Bleue et la maison dans la forêt s’est allumée, Le monde sera meilleur et, avec Jocelyn Pelletier, Disparaître ici. Elle signe la mise en scène de leur troisième production, L’absence de guerre. Créé au Théâtre Premier Acte et repris au Trident et à la Licorne, le spectacle lui vaut le Prix de la mise en scène des Arts et de la Culture de Québec.

Édith Patenaude reçoit en 2016 le Prix de la critique de l’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) section Québec pour sa mise en scène de 1984, l’adaptation du roman culte présentée au Théâtre du Trident et au Théâtre Denise-Pelletier. L’AQCT la récompense l’année suivante d’une nomination pour son travail de direction sur Far Away et la couronne du prix de la meilleure mise en scène à Montréal pour Mes enfants n’ont pas peur du noir. Édith Patenaude collabore de plus à la création du iShow et de Straight Jacket Winter, codirige Post Humains, monte Invisibles et adapte le démesuré Titus, d’après Shakespeare, dont elle signe la mise en scène, spectacle présenté au LANTISS et au Théâtre Prospero, en 2017 et 2018.

Également comédienne (Vertiges, Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges, Inès Pérée et Inat Tendu, Selfie,Tout ce qui tombe, Scalpés), elle assure la direction artistique du Jamais Lu Québec de 2012 à 2015 et est artiste associée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui depuis janvier 2019.

Créatrice audacieuse et prolifique, elle dirige en 2020 les nouvelles créations de Dany Boudreault (Corps célestes, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui) et de Steve Gagnon (Les étés souterrains, un monologue livré par Guylaine Tremblay, à La Licorne). À l'automne 2021, la metteuse en scène monte le classique d’Arthur Miller Les sorcières de Salem au Théâtre Denise-Pelletier.

Édith Patenaude signait en 2018 une première mise en scène chez Duceppe, celle d’Oslo de J.T. Rogers. Elle y a également dirigé les spectacles Rose et la machine, de Maude Laurendeau, à l'automne 2021 et Pétrole, de François Archambault, au printemps 2022, avant Gaz Bar Blues, en 2023.

Claude Dufresne
Mathieu Désy

Mot du concepteur de la musique

Ding-Ding! C'est le téléphone rose qui sonne, David Laurin qui m’appelle.

La commande est claire: amener le public de Gaz Bar dans un univers sonore singulier, où les silences et les non-dits, les amitiés sincères, la tendresse de «l'hommerie forte du Québec», mais aussi le bouillonnement de l’époque, les injustices sociales et le prétendu progrès s’expriment en musique.

Puis le codirecteur artistique fait valoir qu’au plaisir de collaborer de nouveau avec Édith s’ajoutera celui de porter la musique au cœur de la création. Il me propose ainsi de mettre la table en menant un laboratoire de création de près de trois semaines pour que, sur scène, la trame interprétée par les comédien·ne·s (lire ici musicien·ne·s) remplace l’odeur du gaz et de la fumée de cigarette… Wow! C’était un privilège que je ne pouvais pas espérer!

La création amènera donc une bande de neuf musicien·ne·s-comédien·ne·s à performer des airs de vieux Blues ruine-babines, aux côtés d’un Rock-psychédélique libre-service fin ’80 qui fait de l’œil aux extravagances «de-bout-guy!»

Merci, Duceppe, pour la confiance blanche en cette troisième conception!
Merci à l’équipe de production et à mes collaborateur·trice·s qui ont rendu possible un si grand projet!
Merci la Bande de m’avoir suivi dans cette aventure où la musique transcende l’expérience humaine.
On est une belle gang de fous malades d’avoir pris cette route ensemble!
Cher public, j’espère sincèrement que la pièce saura te faire tourner l’alternateur et allumer la spark plug!

Bonne soirée!

Mathieu Désy
Concepteur de la musique

Bio de Mathieu Désy

L’un des contrebassistes de Montréal les plus en demande, notamment pour sa polyvalence, Mathieu Désy est réputé pour son jeu exceptionnel, l’émotion qu’il sait y inscrire ainsi que sa capacité à contribuer musicalement aux ensembles auxquels il prend part.

Du classique au jazz, en passant par la tournée avec des artistes de la chanson populaire, ce virtuose authentique sait faire la différence dans les projets auxquels il participe. Son «groove» distinctif peut être entendu sur plus d’une cinquantaine d’albums d’artistes canadien·ne·s. Il est aussi en demande en tant que compositeur, arrangeur, et réalisateur d’albums.

Détenteur d’un doctorat en interprétation de la contrebasse classique de l’Université de Montréal, Mathieu fut d’abord formé au Conservatoire de musique du Québec à Montréal, où il a cumulé les maîtrises en interprétation classique, mais aussi en harmonie et en contrepoint, en plus d’une mineure en fugue. Son but ultime: donner des ailes à la contrebasse… rien de moins!

Son approche unique de la «contrebasse polyphonique», étend les capacités harmoniques de son instrument. Utilisant une contrebasse à cinq cordes dont la corde aiguë ajoutée est accordée à la quinte au-dessus de la corde de sol traditionnelle, Mathieu a créé une technique où la ligne de basse, les accords et la mélodie sont joués en simultané. La contrebasse est ainsi élevée au rang des instruments solistes complets et peut désormais se présenter seule, tels la guitare ou le piano.

On peut voir et entendre la plupart des pièces que Mathieu Désy a dédiées à la contrebasse polyphonique dans sa nouvelle parution solo, Glow In The Dark. Trouvez-le sur son site www.desy.me. Les contrebassistes peuvent aussi apprendre de la technique de Mathieu Désy en consultant son fascicule intitulé Contrebasse vs Gravité. Cet ouvrage simplifie la technique instrumentale du contrebassiste en lui associant la force gravitationnelle. L’auteur y illustre et vulgarise les bases d’une approche offrant une plus grande liberté physique à l’interprète et il encourage ce dernier à une réflexion sur sa technique instrumentale, un atout de taille pour tous les interprètes de la contrebasse!

Les polyphonies de Désy peuvent être entendues sur son premier album, Contrebasse & Marées. Le contrebassiste y présente ses compositions et arrangements dans un jazz aquatique réalisé en formule trio avec Paul Picard (percussions) et Charles Papasoff (clarinette basse). Un prochain album intitule Vents Contre Airs est à paraitre en mai 2023. Assistant professeur agrégé à l’Université Bishop’s depuis 2020, ce pédagogue partage aussi sa passion pour la musique avec les

étudiant·e·s des programmes jazz, populaire et classique. La grande maîtrise de son instrument et de sa technique ainsi que l’allégeance qu’il voue à son art ont déjà guidé et inspiré l’aventure de plusieurs musiciennes et musiciens.

Enfin, en tant que compositeur, ce musicien accompli en est à sa troisième collaboration chez Duceppe: on a pu apprécier son travail sur les spectacles Oslo en 2018, Héritage (A Raisin in the Sun) en 2019 et la pièce Gaz Bar Blues, présentée en janvier 2023 puis en tournée partout au Québec.

GAZ BAR BLUES
Durée: environ 2h sans entracte


D'après le film de

LOUIS BÉLANGER


Adaptation théâtrale

DAVID LAURIN


Mise en scène

ÉDITH PATENAUDE


Une coproduction
DUCEPPE et LA BORDÉE


Une présentation 
LA PRESSE

INTERPRÉTATION


Jos
BERTRAND ALAIN


Danielle Brochu

MIRYAM AMROUCHE


Monsieur Savard
CLAUDE DESPINS


François Brochu

MARTIN DRAINVILLE


Coyote & L'inspecteur

FRANCIS LA HAYE


Réjean Brochu
FRÉDÉRIC LEMAY


Ti-Pit
HUBERT LEMIRE


Guy Brochu
STEVEN LEE POTVIN


Boivin & Michaud

JEAN-FRANÇOIS POULIN


CONCEPTION


Assistance à la mise en scène et régie

CHLOÉ EKKER

Scénographie
PATRICE CHARBONNEAU-BRUNELLE


Costumes

JULIE LÉVESQUE
assistée de
SARAH CHABRIER


Lumière
JEAN-FRANÇOIS LABBÉ
assisté de
MAUDE GROLEAU


Musique

MATHIEU DÉSY


Accessoires
JOSÉE BERGERON-PROULX assistée de MAYUMI IDE-BERGERON


Photos projetées

LOUIS BÉLANGER 

Maquillages 
SUZANNE TRÉPANIER


Coiffures/perruques
SARAH TREMBLAY


Accompagnement Écoscéno
MARIANNE LAVOIE
JULIE FOURNIER


DÉCOR


Réalisation
PRODUCTIONS YVES NICOL INC.


Direction des opérations

PATRICK PERRIN


Chef menuiserie

LAURENT RIVARD


Chef soudure

YANNICK THÉROUX-LAVALLÉE


Département artistique

DARA BISSONNETTE, BRUNO RATHBONE


Menuiserie

STÉPHANE CARRIÈRE, LILIAN GOURBIN, CORENTIN JACOTOT, GUILLAUME LIENARD, VICTOR OLIVIER, TIPHAINE RONDENAY


Soudure
IAN GRAVELLE


Peinture
DARA BISSONNETTE, MÉLANIE OLIVEIRA DE CASTRO, GANTULGA TEMENDEMBEREL


Dessins
GEORGES PAPACHRISTOU, YIFAN XU


COSTUMES


Retouches couture
JULIE TREMBLAY


MUSIQUE


Sonorisation
MARTIN DE BLOIS
LOUIS MORNEAU


Remerciements
JEAN-LUC HUET (guitare acoustique lors du labo)
SIMON GODIN (guitares sur maquettes)
SÉBASTIEN HINSE (batterie sur maquettes)
LÉVY BOURBONNAIS (professeur harmonica)
SIMON DOLAN (professeur basse)
VINCENT GAGNON (professeur piano/claviers)
JEAN-LUC HUET (professeur Guitare acoustique)
ROBERT-ÉTIENNE SIMÉON (professeur saxophone)
STÉPHANE LECLERC (Studio Makina)
MARTIN LIZOTTE (sons claviers)
MAXIME AUDET-HALDE (programmation midi)


Note au public:
Veuillez noter qu'il y aura des coups de feu pendant la représentation. Les cigarettes fumées sur scène sont des accessoires théâtraux et ne contiennent aucun tabac ou nicotine.

Cheffe habilleuse
SILVANA FERNANDEZ


ÉQUIPE TECHNIQUE


Les services techniques assumés par

Chef machiniste
JEAN-PIERRE DEGUIRE


Chef sonorisateur
DAVE LAPIERRE


Chef éclairagiste
SYLVAIN RATELLE


Chef accessoires
ALBERT JOMPHE


ÉQUIPE DUCEPPE

Codirection artistique
DAVID LAURIN et JEAN-SIMON TRAVERSY

Direction générale
AMÉLIE DUCEPPE

Direction administrative
SAM LABRECQUE

Direction de production
HAROLD BERGERON

Direction des communications et du marketing
MARIE-CLAUDE HAMEL

Direction technique
CLAUDIO BUONO

Gestionnaire des ventes et du service à la clientèle
JULIE VIGNEAULT

Chargée de projets - communications
MAGALI DORÉ

Coordination de production
JOSIANNE MONETTE

Coordination marketing
SOPHIE CAZENAVE

Coordonnateur aux communications
STEAVE RUEL


Adjointe au financement privé
ROMY-LÉA FAUSTIN

Adjoint aux ventes
JOËL FULLUM GRENIER


Assistant à la direction technique
ACHILLE MARTINEAU


Comptabilité
JOSÉE PRAIRIE
ESTELLE REVELLIN-FALCOZ
MORGANE MORU (congé de maternité)


Préposée aux ventes
DAPHNÉ BACHANT


Partenaire écoconception
ÉCOSCÉNO


Les personnes malentendantes peuvent apporter leur baladeur et le régler sur la fréquence Place des Arts 107,9 FM.


Les représentations de Gaz Bar Blues sont rendues possibles grâce au Plan de relance économique du milieu culturel du gouvernement du Québec.



Duceppe est membre de Théâtres associés (T.A.I.)

Gaz Bar Blues est une présentation

Duceppe est subventionnée par:

Merci aux partenaires de Relance

Banque Nationale / Lowe’s Canada

Merci aux partenaires de Duceppe

Desjardins - Caisse du Complexe Desjardins / Hydro-Québec / Les producteurs de lait du Québec / La Presse / Power Corporation du Canada / TD

REMERCIEMENT SPÉCIAL | Fondation Cole / Fondation Molson

UN GRAND MERCI À NOS DONATEURS ET DONATRICES POUR LEUR GÉNÉREUX SOUTIEN 

CERCLE DES MÉCÈNES | Alimentation Couche-Tard / Banque Nationale / BCE / Bombardier / CAE / Cogeco Communications / Corporation Capital / Corporation de sécurité Garda World / Dollarama / Fondation Molson / Groupe Leclair / Groupe Mach / Groupe WSP Global / Larochelle Groupe Conseil / Lowe's Canada / Novacap Management / Pomerleau / Power Corporation du Canada / Québecor Média / RBC / RBC Foundation / SNC Lavalin / TFI International

CERCLE DU FONDATEUR | Fondation Famille Godin / Lallemand

CERCLE MICHEL DUMONT | Amazon Web Services/ Banque Nationale du Canada Gestion privée 1859 / Boralex / Carole Briard / Concession A25 / Fasken / Fondation Pierre Desmarais Belvédère / La semaine des 4 Julie / Productions J / Lenovo Canada / Loblaws / Carlo Massicolli / Mouvement Desjardins / Norton Rose Fulbright / Produits forestiers Résolu / Quincaillerie Richelieu / Senia Rapisarda / ServiceNow / Jean-Yves St-Pierre

TÊTE D’AFFICHE | Denise Angers / Banque Scotia / Guillaume Bazinet / Stéphane Bérubé / Yannick Bourgouin / Check Point et ESI / Compugen / Jocelyne Desloges / Ekiness / Marc Gold / Eric Gosselin / Monique Jérôme-Forget / Industrie Lassonde / Jean Marc Leclerc / Sid Lee / Réjean Parent / Rinoval / Transcontinental / Marc Vadboncoeur

PREMIER RÔLE | Banque Privée Banque Royale du Canada / Banque Royale du Canada, Planification financière, Planification en placements et retraite / Roger Beauchemin / Jean-Louis Beaudoin / Paul Béland / BMC Software Canada / Yves Brousseau / CGI / CIBC Wood Gundy / Isabelle Demers / Élaine Des Lauriers / Louise Deschâtelets / Amélie Duceppe / Gilles Duceppe / Steve Dugas / Benoît Durocher / Groupe HMH / Kruger / Steaven Labrecque / Lassonde / Julie Lavoie / Clement Leclerc / Léger / Bruno Proulx / PwC / RBC DVM / Andrée Rondeau / Madeleine Roy / Claude-Marie Sauvé / Liliane Schneiter / François Schubert / Stéphane Simard / Succession Michel Dumont / Alexandre Taillefer / Robert Talbot / Teralys Capital / TESLA RP / Lénie Tessier-Beaulieu / Trivium Avocats / Valeurs Mobilières Desjardins

ÉTOILE MONTANTE | Germain Adam / Jean-Paul Bérubé / Louise Blanchard / Alexis Brunelle-Duceppe / CAAM RÉF avocats / Joël Champagne /  Delarosbil Chaput CPA SENCRL / Carole Demers / Claude Duceppe / Alexandre Forest / Louise Harel / Yvon Hotte / Dominic Laplante / Marie-Claude Lavallée / Lussier Dale Parizeau / Maud Maltais / Sandra Marchand / Jacinthe Péloquin / Productions Denis Bernard  / Marie-Claude Rivet / Marie Sanche / Rachel Sigouin / Softchoice / Surdek Solutions / José St-Cerny / Louise Théoret / WregAir

En date du 30 juin 2022

Liste complète des donateurs et donatrices

BIENTÔT À L'AFFICHE