Aller à la navigation Aller au contenu
Duceppe
Chimerica

Programme

Du 17 janvier au 17 février 2024 au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts, Duceppe présente la pièce Chimerica de Lucy Kirkwood. Une présentation La Presse.

Photo: Kelly Jacob
David Laurin et Jean-Simon Traversy

Mot des codirecteurs artistiques

C’est en tenant des auditions pour recruter les six acteur·ice·s sino-canadien·ne·s qui se retrouvent dans la distribution de Chimerica que nous avons véritablement saisi l’ampleur de la situation que subissent les ressortissant·e·s chinois·es ici et à travers le monde. Alors que les annulations de dernière minute se succédaient, on nous a fait comprendre que les artistes qui prendraient part à la production deviendraient des cibles pour le gouvernement chinois, qui a sa propre version de l’histoire du massacre de la place Tiananmen de juin 1989: selon l’OTAN, il y aurait plus de 7000 victimes, alors que le gouvernement chinois fait état de 241 soldats décédés. La version de la communauté internationale est complètement proscrite en Chine, où les plus jeunes générations n’ont aucune idée de l’existence de ce massacre historique.

En mettant le pied sur scène pour raconter cette histoire aujourd’hui, Albert, Annie, Derek, Li, Shiong-En et Yuu font preuve d’un courage exceptionnel. Nous souhaitons les remercier du fond du cœur pour ce geste puissant, qui ajoute à la charge que l’on retrouve dans les mots de la Britannique Lucy Kirkwood. Merci à notre metteur en scène Charles Dauphinais, qui a su mener cette imposante production avec enthousiasme, écoute et bienveillance. Nous sommes heureux de le voir prendre d’assaut la scène de Duceppe pour la première fois, dans une production à la hauteur de son talent. Un merci particulier à toute l’équipe de production qui a fait des heures supplémentaires pour pouvoir vous faire voyager avec aisance entre les continents et les époques. Nous espérons que vous aurez autant de plaisir à suivre ce thriller que nous en avons eu à le mettre sur pied.

Merci d’être parmi nous et bon spectacle!

David et Jean-Simon
Codirecteurs artistiques

Photo: Laurence Dauphinais
Charles Dauphinais

Mot du metteur en scène

Beijing 1989

Un homme dans sa chambre d’hôtel. Un autre sur la place publique devant une colonne de tanks.
L’occupation de la place Tiananmen défraie les bulletins de nouvelles du monde depuis quelques mois. Des milliers de personnes demandent différentes mesures progressistes au parti communiste chinois. Dans la nuit du 4 au 5 juin, le parti en a assez et l’armée ouvre le feu sur les manifestant·e·s.
Le matin du 5 juin, une photo est prise.
Celle d’un homme arrêtant les tanks.
Pour l’Amérique, ce geste en est un de courage, de résistance et d’héroïsme.
Pour la Chine, ce massacre et cette photo tombent dans l’oubli le plus complet.
L’homme dans la chambre d’hôtel rentre au pays couvert de gloire pour avoir réussi à capter ce «formidable» moment.
L’homme devant les tanks, lui…

New York 2012

Le texte de Lucy Kirkwood dépeint, aux travers de ses personnages américains et chinois, les différences entre ces deux grandes nations. Deux géants qui n’ont pas le choix de s’apprivoiser, malgré des relations tumultueuses et conflictuelles. Mais surtout, il montre deux géants à un point différent de leur histoire. L'un s'éveille, l'autre s'endort.

La société chinoise a attendu très longtemps avant de pouvoir redevenir une grande puissance. Son éveil a été soudain, fulgurant et nécessairement déstabilisant pour le reste de la planète. Une telle croissance économique en si peu de temps ne peut présager rien de bon, non?

Les Américain·e·s de 2012 sont fatigué·e·s et désillusionné·e·s. C’est le deuxième mandat d’Obama. Celui de la déception. Ils et elles vivent le choc brutal de la réalité après l'espoir du premier mandat. Le fameux «Yes we can» est devenu le banal «Forward». Les années suivantes, nous les connaissons…la montée de la droite identitaire, du «Fake News» et du «Make America Great Again» de Donald Trump.

Montréal 2019-2024

Je ne savais pas, lorsque Jean-Simon et David m’ont proposé de lire Chimerica, à quel point l’aventure de cette création serait riche et passionnante.

À la lecture du texte, j’ai d’abord été happé par ce thriller haletant et ses enjeux géopolitiques complexes. C’était littéralement un «page turner». Malgré le vertige devant l’ampleur des sujets abordés, j’ai senti mon cœur vibrer et, à partir de ce moment, je n’ai plus été capable de me l’enlever de la tête.

Rapidement, j’ai proposé que le mandarin prenne une place importante dans le spectacle. Je voulais confronter les spectateur·ice·s à une culture, une langue qu’ils et elles ne connaissent absolument pas. C’était important pour moi que des comédien·ne·s sino-canadien·ne·s puissent jouer dans leur langue maternelle afin qu’ils et elles puissent insuffler une partie de leur identité à ce spectacle.

Et à partir du moment où l’équipe a été trouvée, le voyage fut mémorable.

J’ai rarement eu autant de plaisir à travailler avec un groupe de créateur·ice·s. Les discussions étaient franches, profondes et passionnantes. Tout le monde a appris des autres et nous avons pu faire, je le crois sincèrement, une œuvre commune forte et touchante.

Merci Jean-Simon, David et Amélie pour la confiance.

Merci Derek, Lili, Yuu Ki, Albert, Shiong, Annie, Marie-Hélène, Marie-Laurence, Alex, Manuel, Tania et Philippe. Les heures passées en votre compagnie resteront gravées en moi.

Merci Sophie pour tes notes et tes réflexions toujours pertinentes et pour ton travail exceptionnel sur les scènes en mandarin.

Merci Lou, Loïc, Jessica, Marie-Aube, Alexis, Thomas, Robin, Charo pour votre immense talent et pour avoir été si patient·e·s avec moi quand je changeais d’idée mille fois.

Charles Dauphinais
Metteur en scène

Bio du metteur en scène Charles Dauphinais

Charles Dauphinais détient un diplôme en interprétation de l'École nationale de théâtre du Canada. Cofondateur et directeur artistique du Théâtre Sans Domicile Fixe depuis 2008, il est également metteur en scène et comédien. Depuis 2016, il est codirecteur artistique du Théâtre Hors Taxes avec Jean-Philippe Lehoux.

Charles a mis en scène différentes créations du Théâtre Sans Domicile Fixe (Pour en finir avec, L’anatomie du chien, Sorel-Tracy, L’écolière de Tokyo), ainsi que Hansel et Gretel et Jack et le haricot magique, pour le Théâtre de la Roulotte; La vie normale et Blink, au théâtre Prospero; et Tout ce qui n’est pas sec et Dénommé Gospodin, au théâtre de Quat’sous. Il a également dirigé plusieurs éditions des soirées-bénéfices du Théâtre d’Aujourd’hui.

Au fil des ans, il a travaillé régulièrement avec l’OSM, pour lequel il a mis en scène plusieurs éditions du bal des enfants, notamment Le magicien d’Oz et Les aventures de Tio Tigre, le spectacle L’univers des Héros sur l’esplanade du stade olympique, et Chaakapesh, le périple du fripon, présenté en tournée dans le Grand Nord québécois.

Charles a aussi dirigé plusieurs épisodes de la comédie de situation (sitcom) Madame Lebrun, présentée à Super Écran, ainsi que le Gala ARTIS 2017, animé par Guy Jodoin. Il a également codirigé la reprise de Belles Sœurs The music-hall à Charlottetown, en tant que metteur en scène associé de René-Richard Cyr, et signé la mise en scène de Molière, Shakespeare et moi, une pièce créée pour le 375e anniversaire de Montréal. En 2017, il a gagné le prix de la meilleure mise en scène au Gala Les Olivier pour le spectacle de Pierre Hébert, Le goût du risque. Il a aussi assuré la direction artistique du spectacle immersif EXPERIENCE, présenté à Macao en 2018.

En 2019, Charles a de nouveau travaillé avec Pierre Hébert, pour la création de son Gala ComediHa!, et mis en scène Deux pièces pour Étienne Pilon (La Licorne) et Un chêne (Prospero). En 2022, il a signé la mise en scène du Gala ComediHa! animé par Anthony Kavanagh, et enchaîné, en 2023, avec le spectacle de Jean-Sébastien Girard, Un garçon pas comme les autres, dans le cadre de Juste pour Rire II.

Chimerica est sa première mise en scène chez Duceppe.

Dernière mise à jour: printemps 2023
Photo: Laurence Dauphinais
Bio de l'autrice Lucy Kirkwood

La dramaturge Britannique Lucy Kirkwood, saluée par The Independent comme «la plus enrichissante de sa génération», naît en 1984 à East London. Autrice en résidence au Clean Break Theatre Co., elle est élue membre de la Royal Society of Literature en 2018.

Lucy Kirkwood impressionne par sa capacité à soulever des questions cruciales tout en évitant de tomber dans le mélodrame ou le sentiment. Avec Chimerica, que nous présentons cette saison, elle a créé la surprise à Londres en 2013, remportant pas moins de cinq Olivier Awards —dont celui de la meilleure nouvelle pièce— ainsi que les prix Evening Standard, Critics’ Circle et Susan Smith Blackburn. Lucy Kirkwood n’avait pas 30 ans à l’époque!

La jeune dramaturge a fait ses débuts à Broadway en 2017, avec son autre grand succès, The Children, en lice pour le Tony Award de la meilleure pièce. Présentée en 2020 chez Duceppe, cette œuvre puissante, mordante et d’une criante actualité avait été créée à Londres en 2016.

Sa pièce Mosquitoes, fascinante et provocante, est aussi teintée de cet humour aiguisé qui lui est propre. Créée au National Theatre de Londres en juillet 2017, elle s’appuie sur la science pour interroger notre humanité. «Lucy Kirkwood est une dramaturge à l’ambition héroïque», a-t-on pu lire dans le prestigieux quotidien The Guardian au lendemain de la première londonienne.

Alors que The Welkin, créée en 2020, raconte l’histoire d’une femme reconnue coupable de meurtre en 1759, Rapture, sa plus récente pièce, est un thriller astucieux sur l'amour, le pouvoir et la croyance. Créée au Royal Court Theatre de Londres en juin 2022, Rapture a été promue sous le titre That Is Not Who I Am et le nom d’auteur Dave Davidson, un pseudonyme; elle a été unanimement encensée par la critique londonienne!

Au total, Lucy a signé plus de dix textes pour la scène, mais elle écrit également pour le petit écran. Elle a ainsi prêté sa plume à la série Skins (2007 à 2013), puis créé The Smoke, en 2014. Elle a aussi signé l’adaptation en minisérie de Chimerica, diffusée en 2019 sur Channel 4. La chaîne publique de télévision britannique a également présenté, en 2020, Adult Material, la dernière œuvre télévisuelle de Lucy, où l’on plonge dans l’industrie de la pornographie.

Dernière mise à jour: printemps 2023
Photo: Christian Sinibaldi/The Guardian
Bio de la traductrice Maryse Warda

Chez Duceppe, on apprécie grandement le travail de Maryse Warda, dont les nombreuses traductions et adaptations cumulent les distinctions. Nous lui avons confié les traductions de Du bon monde, de David Lindsay-Abaire (2012), de La Vénus au vison, de David Ives (2013), puis celles de Race, de David Mamet (2016), du Bizarre incident du chien pendant la nuit, de Simon Stephens (2018), et des Enfants, de Lucy Kirkwood (2020).

Au total, Maryse a traduit plus de 70 pièces au cours de sa carrière, débutée au Théâtre de Quat’Sous en 1991. Son travail sur Motel de passage, de George F. Walker, a reçu en 2000 le Masque de la meilleure traduction et s’est retrouvé en lice pour le Prix du Gouverneur général. L’Académie québécoise du théâtre a nommé deux autres de ses traductions: celles de W;t, de Margaret Edson, et de Variations sur un temps, de David Ives. En 2011, Maryse a reçu le Prix littéraire du Gouverneur général pour sa traduction de Toxique ou L’incident dans l’autobus, de Greg MacArthur.

Elle est très fière d’avoir collaboré avec des metteurs et metteuses en scène comme Martine Beaulne, René Richard Cyr, Serge Denoncourt, Martin Faucher, Marie-Thérèse Fortin ou Claude Poissant, mais aussi avec Hugo Bélanger, Sébastien David, Geneviève L. Blais et Brigitte Poupart. Parmi ses accomplissements, citons ses traductions des pièces Traces d’étoiles, de Cindy Lou Johnson, Trahison, de Harold Pinter, La Société des poètes disparus, de Tom Schulman, et son adaptation québécoise du Prénom, de M. Delaporte & A. de la Patellière. Depuis 2020, on a pu voir, à La Licorne, Fairfly, de Joan Yargo, Le nœud, de Johnna Adams, Un violon discordant, d’Anthony Black et Stop Kiss, de Diana Son. Pour le Théâtre du Rideau Vert, elle a traduit Vania et Sonia et Macha et Spike, de Christopher Durang, et Une maison de poupée, 2e partie, de Lucas Hnath.

Plusieurs de ses traductions sont publiées —L’Homme laid (Boréal), la série Motel de passage (VLB éditeur) et Traces d'étoiles (LUX)— ou portées à l’écran —Traces d’étoiles (Claude Desrosiers ) ou Le génie du crime (Louis Bélanger).

Dernière mise à jour: printemps 2023
Photo: Jean-Sébastien Dénommé

CHIMERICA
Durée approximative: 2h55 incluant l'entracte


Texte

LUCY KIRKWOOD


Mise en scène
CHARLES DAUPHINAIS


Traduction
MARYSE WARDA


Une production
DUCEPPE


Une présentation
LA PRESSE


Avec le soutien de 

LA FONDATION COLE


INTERPRÉTATION


Feng Meihui, Ming Xiaoli
SHIONG-EN CHAN 


Joe Schofield
ALEXANDRE GOYETTE


Zhang Lin jeune, Benny

YUU KI


Barb, Doreen, Maria Dubiecki, Kate, Judy
TANIA KONTOYANNI


Zhang Wei, Wang Pengsi
ALBERT KWAN


Zhang Lin

DEREK KWAN


Tessa Kendrick
MARIE-LAURENCE MOREAU


Luili, femme de Pengsi, masseuse, passagère d'avion
LI LI


David Barker, Peter Rourke, Paul Kramer, Officier Hyte
PHILIPPE RACINE


Frank Hadley, Herb, vendeur de drogue
MANUEL TADROS


Mel Stanwyck
MARIE-HÉLÈNE THIBAULT


Michelle, Mary Chang, Deng, Jennifer
ANNIE YAO


CONCEPTIONS ET COLLABORATIONS


Conseillère à la mise en scène
SOPHIE GEE


Assistance à la mise en scène et régie
LOU ARTEAU


Scénographie
LOÏC LACROIX HOY 


Costumes
JESSICA POIRIER-CHANG 


Éclairages
MARIE-AUBE ST-AMANT DUPLESSIS 


Musique et conception sonore
LEFUTUR


Accessoires
MAYUMI IDE-BERGERON


Vidéo
ROBIN KITTEL-OUIMET


Conseil aux mouvements et coaching de mandarin
CHARO FOO TAI WEI


Traduction vers le mandarin
WAI-YIN KWOK
CHARO FOO TAI WEI
YUU KI
LI LI
DEREK KWAN

Maquillage et coiffure
SYLVIE ROLLAND PROVOST 


Direction technique
LOUIS CARPENTIER


Accompagnement Écoscéno
JULIE FOURNIER
MARIANNE LAVOIE


Remerciements

MAXIM GAGNÉ, Conservatoire d’art dramatique de Montréal
ALEX GENDRON, Théâtre Espace Go
ROXANNE BÉDARD, Les 2 Mondes
ALEX MICHAUD, Théâtre du Rideau Vert


Notes au public
La pièce comporte certains dialogues en mandarin, surtitrés en français.


Par ailleurs, des effets stroboscopiques et des coups de feu font partie de la pièce. Nous préférons vous en avertir.


Enfin, veuillez noter que les cigarettes fumées sur scène sont des accessoires théâtraux et ne contiennent aucun tabac ni nicotine.


DÉCOR


Réalisation
PRODUCTIONS YVES NICOL INC.


Chargé de projet et direction technique
PATRICK PERRIN


Direction artistique
JONATHAN CHARLAND


Chef menuiserie

LAURENT RIVARD


Chef soudure

YANNICK THÉROUX-LAVALLÉE


Menuiserie
ISRAEL DUBÉ
LILIAN GOURBIN
CORENTIN JACOTOT
GUILLAUME LIENARD


Chef peinture
BRUNO RATHBONE


Peinture scénique

DARA BISSONETTE
MELANIE OLIVEIRA DE CASTRO 
GANTULGA TEMENDEMBEREL


COSTUMES


Première assistante aux costumes

CLAUDELLE DEXTRAZE


Deuxième assistante aux costumes
SARAH CHABRIER


Assistante-acheteuse
DARIA MISCIA


Couture

MARIE-HÉLÈNE GERVAIS
ANNIE ROY

Teinture et patine
MARGARITA BRODIE
JESSICA POIRIER-CHANG

Assistantes à la production
CAMILLE GIGUÈRE-CÔTÉ
DANIELLE BEAUCHEMIN 

Remerciements

Merci à PETER CHANG pour le prêt d’articles de sa garde-robe personnelle et à GILBERT CHIN

Cheffe habilleuse
SILVANA FERNANDEZ


ÉQUIPE TECHNIQUE


Les services techniques assumés par

Chef machiniste
JEAN-PIERRE DEGUIRE

Chef sonorisateur
DAVE LAPIERRE

Chef éclairagiste
SYLVAIN RATELLE

Chef vidéo
RODÉRIC DYON

Chef accessoires
ALBERT JOMPHE


Machiniste
DANIEL SERRI


Assistant aux micros sans-fil
ADRIEN PIHOUÉE 
FRANÇOIS PELLETIER


ÉQUIPE DUCEPPE


Codirection artistique
DAVID LAURIN et JEAN-SIMON TRAVERSY

Direction générale
AMÉLIE DUCEPPE

Direction administrative
SAM LABRECQUE

Direction de production
HAROLD BERGERON

Direction des communications et du marketing
MARIE-CLAUDE HAMEL


Direction technique
CLAUDIO BUONO
LOUIS CARPENTIER
ACHILLE MARTINEAU

Gestionnaire des ventes et du service à la clientèle
JULIE VIGNEAULT


Responsable – Philanthropie et partenariats
ANTONINE SALINA


Chargée de projets - communications
MAGALI DORÉ


Coordination marketing
SOPHIE CAZENAVE


Coordination de production
SOPHIE MARTIN


Responsable des relations avec la communauté
STEAVE RUEL


Coordination - philanthropie et partenariats
CATHERINE GINGRAS


Adjoint aux ventes
JOËL FULLUM GRENIER


Adjointe à la direction des communications et du marketing
DAPHNÉ BACHANT


Comptabilité
JOSÉE PRAIRIE
MORGANE MORU


Préposée aux ventes
MARIE-JOSÉE RIOUX

Les personnes malentendantes peuvent apporter leur baladeur et le régler sur la fréquence Place des Arts 107,9 FM. Il est aussi possible d'emprunter un baladeur sur place. Les appareils sont disponibles à la barrière de perception des billets, à l'entrée du Théâtre Jean-Duceppe, et seront prêtés en échange d'une carte d'identité. Simplement en faire la demande au personnel d'accueil. Il est également possible d'emprunter des écouteurs. Ceux-ci seront nettoyés entre chaque utilisation.


Les représentations de Chimerica sont rendues possibles grâce au Plan de relance économique du milieu culturel du gouvernement du Québec.

Chimerica est une production écoresponsable.
Partenaire écoconception: Écoscéno


Duceppe est membre de Théâtres associés (T.A.I.)

Chimerica est une présentation

Merci à nos partenaires gouvernementaux

À voir dans le foyer du Théâtre Jean-Duceppe

Exposition: Connaissez-vous votre Quartier chinois?

La nouvelle exposition itinérante du MEM – Centre des mémoires montréalaises est issue de projets menés avec des acteurs et actrices de la communauté du Quartier chinois de Montréal. Avec authenticité, elle contextualise ce secteur et vous livre les mémoires de ceux et celles qui l’ont construit et l’habitent. Elle invite ainsi à une réflexion sur vos connaissances du Quartier chinois. L’exposition a été rendue possible grâce à une entente entre la Ville de Montréal et le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, dans le cadre du projet Dialogue avec le Quartier chinois.

BIENTÔT À L'AFFICHE