Aller à la navigation Aller au contenu
Duceppe
Profil d'artiste

Benoît Girard

© Monic Richard

biographie

Si Benoit Girard entretient une feuille de route de comédien des plus impressionnantes, il a également à son actif bon nombre de traductions et d’adaptations. Parmi celles-ci, plusieurs ont été produites chez Duceppe, notamment Petit déjeuner compris de Christine Reverho, Délicate Balance d’Edward Albee, Les Oiseaux de proie de John Logan, L’expulsion de Lily Barton de John MacNicholas, L’Habilleur de Ronald Harwood, La Preuve de David Auburn et Bonjour Broadway! de Neil Simon. Au compte, ce sont plus de trente œuvres que Benoit Girard a traduites et/ou adaptées. D’abord connu et apprécié comme comédien, Benoit Girard a été très présent sur les scènes et les écrans du Québec depuis ses débuts au Théâtre-Club en 1956 dans La Nuit des rois. Depuis, il a joué le répertoire contemporain et classique, sous la direction de metteurs en scène marquants comme Serge Denoncourt, Yves Desgagnés, Claude Maher, Monique Duceppe, Martin Faucher, Daniel Roussel et Claude Poissant, pour ne nommer que ceux-là. Sur scène, il interprète Shakespeare comme René Gingras, Miller comme Tremblay, Dumas comme Sartre. Chez Duceppe, les spectateurs l’ont applaudi dans plusieurs productions marquantes de la compagnie. À titre d’exemple, soulignons les pièces Le Déni, Délicate Balance, La Preuve, Le vent et la tempête, Rien à voir avec les rossignols, La mort d’un commis voyageur, Bonjour, là, bonjour, Les Sorcières de Salem, Charbonneau et le Chef, Souvenirs, Sainte Jeanne, Échec et Mat et dans d’innombrables autres spectacles. À la télévision et au cinéma, on l’a vu notamment dans les séries Les Rescapés, Vice caché, La vie la vie et Montréal P.Q. ainsi que dans Idole instantanée et Le Secret de ma mère. Il a participé également à de nombreux téléthéâtres dirigés par les réalisateurs Jean Faucher, Louis-Georges Carrier et Paul Blouin. En 2001, il a été honoré d’un Masque pour son interprétation de l’attachant personnage de Firs dans La Cerisaie de Tchekhov, mise en scène par Serge Denoncourt.