Consentement

Texte Nina Raine

Mise en scène Frédéric Blanchette

Traduction Fanny Britt

Interprétation Anne-Élisabeth Bossé, Patrice Robitaille, Marie Bernier, Véronique Côté, David Savard, Mani Soleymanlou, Cynthia Wu-Maheux

Du 12 décembre 2018 au 2 février 2019

Résumé de la pièce

Deux couples d’avocats se retrouvent lors de soirées bien arrosées. Avec humour et sarcasme, ils commentent les dossiers qui les occupent, dont une histoire de viol. Spectateurs amusés de la bêtise des passions humaines, ils se voient volontiers au-dessus de la mêlée, comme des êtres de raison, les gardiens du Droit. Et voilà qu’à la maison, leur propre vie commence à s’effriter. Tour à tour, ils connaissent trahison, détresse, accusations et incompréhension. Qui a raison ? Où se trouve la vérité ? Brusquement, tout devient beaucoup moins clair. Au cœur du mystère : la notion de consentement.

Véritable triomphe à sa création à Londres en 2017, Consentement jette une lumière crue sur la distinction entre loi et justice. La dramaturge britannique Nina Raine livre une pièce puissante, truffée de dialogues serrés et stimulants, parfois comiques, parfois cinglants. Elle y oppose la rationalité, sur laquelle le système juridique est fondé, à l’irrationalité, propre à la nature humaine. Dans un subtil renversement des rôles, ce qui ressemble d’abord à un drame judiciaire devient un examen sans merci des tensions qui ébranlent mariages et amitiés. Consentement résonnera longtemps chez le public, à la fois juge et jury dans cette tragi-comédie aussi dérangeante qu’intelligente.

Calendrier

Décembre 2018

  • D
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Janvier 2019

  • D
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

Février 2019

  • D
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
12 Novembre 2018
19:30

Vidéos

    Distribution

    Bossé_Anne-Élisabeth_credit-Jimmi-Francoeur-w

    Anne-Élisabeth Bossé

    Kitty

    PatriceRobitaille_IsabelRancier-w

    Patrice Robitaille

    Jake

    MarieBernier_web

    Marie Bernier

    Gayle + Laura

    VéroniqueCôté_Stéphane-Bourgeois-w

    Véronique Côté

    Rachel

    David-Savard_Crédit-Geneviève-Charbonneau-w

    David Savard

    Edward

    Mani-Soleymanlou_Maude_Chauvin_w

    Mani Soleymanlou

    Tim

    Duceppe17-5079NB_Cynthia_Wu-Maheux2

    Cynthia Wu-Maheux

    Zara

    Anne-Élisabeth Bossé

    Photo : Jimmi Francoeur

    Patrice Robitaille

    Photo : Isabel Rancier

    Marie Bernier

    Photo : Louis Ruel

    Véronique Côté

    Théâtre : Attentat; Fendre les lacs; 1984; La fête sauvage; Hedda Gabler; Forêts

    Prochainement : Titus (Théâtre Périscope et Théâtre Prospéro); Fendre les lacs (Théâtre français du CNA). Sa création pour les tout-petits Les choses berçantes sera présentée à la Maison Théâtre en mai prochain.

    Première présence chez DUCEPPE

    crédit photo : Stéphane Bourgeois

    (dernière mise à jour : 2017)

    David Savard

    Théâtre : La divine illusion (tournée) ; Moby Dick ; Le Misanthrope ; Marie Tudor ; Les Fourberies de Scapin

    Télévision : Les Simone ; Les Jeunes Loups; Marche à l’ombre ; Les Beaux Malaises ; La théorie du K.O. ; Mensonges

    Cinéma : Laurence Anyways ; Le baiser du barbu ; Saints-Martyrs-des-Damnés ; Les Aimants

    Dernière présence chez DUCEPPE : À présent

    Photo : Geneviève Charbonneau

    (dernière mise à jour : 2016)

    Mani Soleymanlou

    Photo : Maude Chauvin

    Cynthia Wu-Maheux

    Théâtre : L’Avare; Dimanche Napalm; Yukonstyle
    Télévision : District 31; L’âge adulte I & II; Trauma; L’appart du 5e
    Cinéma : L’origine des espèces
    Prochainement : Le sentier des rêves (Théâtre Motus)
    Première présence chez DUCEPPE

    Photo : Daphné Caron

    Crédits

    Décor
    Marie-Renée Bourget Harvey
    Costumes
    Jennifer Tremblay
    Éclairages
    André Rioux
    Musique
    Mykalle Bielinski
    Accessoires
    Normand Blais
    Assistance à mise en scène
    Andrée-Anne Garneau

    Nina Raine

    Diplômée d’Oxford, Nina Raine est née en 1975. Elle est l’une des dramaturges britanniques les plus estimées de sa génération. Fille unique du poète Craig Raine, elle commence sa carrière comme metteure en scène stagiaire au Royal Court Theatre à Londres. Par la suite, elle monte Unprotected à Liverpool, une mise en scène récompensée par le TMA Award for Best Director ainsi que le Freedom of Expression Award d’Amnesty International.

    Sa première pièce — Rabbit, dont elle assure la mise en scène — est créée en 2006. Après une saison aux Trafalgar Studios dans le West End où elle est présentée à guichets fermés, Rabbit prend l’affiche au festival Brits Off-Broadway de New York. Cette œuvre vaut à l’auteure le Charles Wintour Evening Standard Award et le Critics Circle Award for Most Promising Playwright.

    En résidence au Royal Court Theatre, Nina Raine écrit ensuite Tribes (Tribus). Créée en 2010, cette troisième pièce reçoit des critiques exceptionnelles et fait rapidement le tour du monde. Lauréate du Offie Award, Tribes tient sa première américaine en 2012 à New York où elle est de nouveau couronnée. L’auteure anglaise récolte le Drama Desk Award for Outstanding New Play, le New York Drama Critics’ Circle Award et le Off-Broadway Alliance Award. En 2014, la compagnie montréalaise LAB87 fait découvrir aux spectateurs d’ici la richesse de Tribus, présentée à La Grande Licorne, dans une traduction de Jean-Simon Traversy et une mise en scène de Frédéric Blanchette. Le succès est instantané et la pièce fait l’objet d’une tournée au Québec.

    En tant que metteure en scène, Nina Raine a également monté Shades de Alia Bano au Royal Court Theatre, Jumpy de April De Angelis dans le West End, ainsi que Longing de William Boyd au Hampstead Theatre.

    Sa toute dernière pièce Consent (Consentement) est créée en 2017 au National Theatre à Londres. Elle reçoit un accueil triomphant.

    Photo : Jack Ladenburg

    Frédéric Blanchette

    Auteur, acteur, traducteur et metteur en scène, Frédéric Blanchette occupe une place importante dans le paysage théâtral québécois. Chez DUCEPPE, en plus de signer la mise en scène et la traduction de l’audacieuse Quand la pluie s’arrêtera la saison dernière, il a monté avec succès L’espérance de vie des éoliennes et À présent. Comédien, on l’a aussi applaudi sur les planches du Théâtre Jean-Duceppe dans Sunderland et Août - Un repas à la campagne.

    Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 1998, Frédéric Blanchette fait sa marque dans chacun des domaines artistiques qu’il touche. Il a d’ailleurs récolté plusieurs nominations au gala des Masques, étant notamment en lice en 2004 pour la révélation et la mise en scène de l’année pour Cheech ou les hommes de Chrysler sont en ville de François Létourneau. Trois ans plus tard, il reçoit le convoité Masque du meilleur texte original pour sa pièce Le Périmètre.

    Parmi ses nombreuses mises en scène, mentionnons L’ancien quartier de David Mamet, Appelez-moi Stéphane de Claude Meunier et Louis Saia, Les Grandes Occasions de Bernard Slade, Le paradis à la fin de vos jours de Michel Tremblay, L’obsession de la beauté de Neil LaBute, Enfantillages de François Archambault, Being at home with Claude de René-Daniel Dubois et Tribus de Nina Raine. Tout récemment, il montait Dans le champ amoureux de Catherine Chabot et Amour et information de Caryl Churchill. Il signe aussi la mise en scène de Trahison d’Harold Pinter présentée au printemps 2018 au Rideau Vert.

    Comédien, Frédéric Blanchette est apprécié autant au théâtre (Ennemi public, Les Trois Mousquetaires, Raphaël à Ti-Jean, Hamlet, etc.) qu’à la télévision (Béliveau, Boomerang, 19-2, Toute la vérité, etc.). Il jouait également dans la série Tu m’aimes-tu ?, dont il est idéateur et coscénariste. Au cinéma, il était de la distribution des films Horloge biologique, Louis Cyr et Autrui.

    Photo : Daniel Desmarais

    Fanny Britt

    Fanny Britt est écrivaine, auteure dramatique et traductrice. La saison dernière, chez DUCEPPE, elle signait la traduction de Forget me not (Ne m’oublie pas) de l’Australien Tom Holloway. Elle a traduit de nombreuses autres œuvres du répertoire contemporain, prêtant son écriture aiguisée et rythmée aux textes de notamment Patrick Marber (Closer, tout contre toi), Annabel Soutar (Le partage des eaux), Martin McDonagh (Le pillowman), John Mighton (Corps et âme), Neil LaBute (Autobahn) et Dennis Kelly (Après la fin, Orphelins). Elle signait aussi l’adaptation théâtrale d’Opening night, un classique du cinéma de John Cassavetes.

    Fanny Britt est l’auteure d’une douzaine de pièces de théâtre, dont Cinq à sept, Couche avec moi (c’est l’hiver), Chaque jour et Bienveillance, lauréate du Prix du Gouverneur général en 2013. Sa toute nouvelle pièce, Hurlevents, a été créée en janvier 2018 au Théâtre Denise-Pelletier, dans une mise en scène de Claude Poissant.

    Elle publie un premier roman à l’automne 2015, Les maisons, titre en lice pour le prix France-Québec et le prix des Collégiens. Elle signe de plus quelques essais littéraires, dont le salué Les tranchées : maternité, ambiguïté et féminisme, en fragments, paru en 2013 chez Atelier 10.

    Sa première collaboration avec l’illustratrice Isabelle Arsenault, le roman graphique Jane, le renard et moi (éditions de la Pastèque), est traduit dans une douzaine de langues et a remporté de nombreux prix nationaux et internationaux. Il a de plus été cité parmi les dix meilleurs livres illustrés de 2013 selon le New York Times. Leur plus récente collaboration, Louis parmi les spectres, est parue à l’automne 2016. Parmi les distinctions récoltées, le livre était finaliste au prestigieux festival d’Angoulême et pour le Prix du Gouverneur général 2017.

    Pour la télévision, Fanny Britt a écrit les scénarios et les dialogues d’une cinquantaine d’épisodes de la série jeunesse Tactik. Avec l’auteur Richard Blaimert, elle a coécrit Nouvelle adresse, la websérie, offerte en complément sur le Web.

    Photo : Julie Artacho

    Consentement, la baladodiffusion

    Dans le cadre de la pièce Consentement, on vous présente une fascinante nouvelle série de balados en 6 épisodes, qui met en lumière diverses facettes du consentement sexuel. Une collaboration VOIR et DUCEPPE, une réalisation de Karima Brikh.

    Premier épisode: #MeToo, un an plus tard

    Un an après le début du mouvement #MeToo (#MoiAussi), où en sommes-nous dans le débat public sur la question des agressions sexuelles? Avons-nous compris quelque chose? Est-ce que la notion de consentement sexuel est mieux comprise? Un premier épisode qui se questionne sur l’impact de #MeToo un an plus tard et qui s’intéresse au processus créatif de la pièce Consentement et de l’auteure britannique Nina Raine.

    Écoutez la balado : premier épisode

    Deuxième épisode: Le consentement et la loi

    Dans ce deuxième épisode, on vous propose une incursion dans le système de justice. Selon le code criminel canadien: qu’est-ce qu’une agression sexuelle? Comment définir juridiquement le consentement sexuel ? On démystifiera aussi ce qui se passe au poste de police lorsqu’une victime d’agression sexuelle décide de porter plainte. Dans cet épisode, l’avocat criminaliste Me Félix-Antoine T. Doyon démêlera plusieurs notions juridiques en lien avec les agressions sexuelles. Le mot d’ordre: prudence, prudence, prudence…

    Écoutez la balado : deuxième épisode

    Troisième épisode: L’art et la représentation de la violence sexuelle

    Il arrive qu’on aborde la question des agressions sexuelles dans le théâtre, le cinéma, la télévision, les arts visuels ou la littérature. Mais quand cela se produit, peut-on se permettre de tout dire, tout montrer? Le viol par exemple, est-il un sujet à aborder avec précaution ou les artistes peuvent-ils en parler et le représenter sans limite ?

    Écoutez la balado : troisième épisode

    Quatrième épisode: Vertus et critiques du mouvement #moiaussi

    Le mouvement #moiaussi a donné lieu, sur les réseaux sociaux et dans les médias, à une vague sans précédent de dénonciations publiques des agressions et autres inconduites à caractère sexuel. Si plusieurs voix se sont élevées pour saluer la libération de la parole des victimes, des critiques sont peu à peu apparues.

    Écoutez la balado : quatrième épisode

     

    Entrevue avec Anne-Élisabeth Bossé – La Presse > Lire l’entrevue