Les secrets de la Petite Italie

Texte Steve Galluccio

Mise en scène Monique Duceppe

Avec Davide Chiazzese, François-Xavier Dufour, Michel Dumont, Roger La Rue, Danièle Lorain, Marie Michaud, Pascale Montreuil

Du 25 octobre au 2 décembre 2017

durée du spectacle : 1 h 25 sans entracte

Résumé de la pièce

Rien ne pèse tant qu’un secret. — Jean de La Fontaine

Petite Italie. Dimanche après-midi. Un léger vent de panique se lève dans l’appartement de Tony. Il est sans nouvelles de sa femme Amanda. Elle, qui veille à tout, est sortie faire des courses et ne revient pas. Cette mystérieuse disparition provoquera par ailleurs un retour aussi inattendu qu’explosif : celui d’Ivana, la marginale… Au fil d’un drame irrésistiblement comique, une galerie de personnages hauts en couleur est forcée de mettre en pièces les belles apparences. Les couteaux voleront bas, les paroles égratigneront. Et, un dimanche après-midi dans la Petite Italie, la vérité éclatera enfin au grand jour.

Cette nouvelle pièce de l’auteur de Mambo Italiano et des Chroniques de Saint-Léonard met en scène une famille d’Italo-Montréalais figée dans le déni et l’évitement. Malgré leur savoureux franc-parler et un sens du drame typiquement italien, tous refusent de reconnaître une réalité qui « déshonore ». On s’accroche au passé, esquivant le présent. Un drame à l’italienne, nouveau genre, où Steve Galluccio fait allègrement volte-face du tragique au comique, au cœur d’un univers qu’il connaît parfaitement.


« François-Xavier Dufour impose ici une composition au charisme flamboyant. Avec un jeu en équilibre entre le charme féminin et la causticité, exposant la fêlure d’un être rejeté par les siens, le comédien s’en tire avec les honneurs. »
Marie Labrecque, Le Devoir

« Visant toujours une authenticité remarquable, Monique Duceppe paraît avoir dirigé ses acteurs vers un jeu agréablement bien rythmé. »
« … aussi drôle qu’émouvant, Michel Dumont vole la vedette dans la peau d’un grand-père dont il est plaisant d’identifier à quelqu’un de son entourage. »
Alexane Roy, Monthéâtre

« Cette justesse tient essentiellement au texte, bien entendu, mais aussi beaucoup à l’interprétation de François-Xavier Dufour, qui trouve dans ce rôle casse-gueule l’un de ses plus grands en carrière. Dans les vêtements vaporeux d’Ivana, le comédien navigue tout naturellement entre la dérision et la confession, à même de faire valoir l’immense courage du personnage en même temps que sa troublante fragilité. »
Christian Saint-Pierre, revue Jeu

« Michel Dumont, remarquable de justesse, sort du lot dans le rôle du vieux père que personne n’écoute et atteint l’audience en plein cœur. »
« L’ovation du public ne trompe pas. »
Léa Coffineau, Bible urbaine

« Tout le décor, signé par Normand Blais, est magnifique. »
« Michel Dumont, à la fois drôle et pathétique, tient ici l’un de ses plus grands rôles au théâtre. Il est vrai, à vif, fragile mais de caractère fort, et le comédien réussit à merveille, tout en nuances, à rendre son personnage attachant. »
« Les personnages secondaires ont de la chair aussi, à commencer par la très colorée Lia en propriétaire du plus grand Café de la Petite Italie, rôle que Danièle Lorain interprète avec une très belle maîtrise. »
Gilles G. Lamontagne, Sors-tu

« François-Xavier Dufour excelle dans son personnage féminin d’Ivana »
Sébastien Bouthillier, MatTv

Une présentation

Témoignages

J’ai beaucoup aimé la pièce, surtout le jeu des acteurs. Je suis toujours fasciné par leur immense talent, qui nous donne l’impression de vivre l’histoire avec eux. Ayant grandi dans la Petite Italie, sur la rue Dante, les images de mon enfance se bousculaient dans ma tête, avec une vive émotion de déjà-vu. Un pur bonheur!
– L. D.

Très très bon. Jeu constant d’émotions. Une belle brochette de comédien(ne)s très crédibles dans leurs rôles respectifs. François-Xavier Dufour mérite le prix Jean-Duceppe pour sa formidable prestation!
– D. L.

Ce fut une soirée hyper agréable. Une histoire touchante joué par des actrices et acteurs de grand talent.
Une histoire à la fois drôle et émouvante. Bravo à Michel Dumont pour l’avoir choisie et à Monique Duceppe pour avoir choisi François-Xavier Dufour.
– J. P. C.

J’ai adoré ce mélange de drame et d’humour. Bravo pour ces textes intelligents et l’interprétation des acteurs.
– A. D.

J’ai adoré! Le mélange parfait d’humour et de drame! Steve Galluccio met le doigt sur ce qui dérange….ces méchants secrets.
Le temps a filé! Tous les acteurs étaient bons mais chapeau à Michel Dumont pour ce Nonno si émouvant!
– V.B.

Tous les témoignages

Calendrier

Novembre 2017

  • D
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30

Décembre 2017

  • D
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
18 Novembre 2017
20:00

Photos

  • 1-WEB_SECRETS_003
  • 2-WEB_SECRETS_064
  • 3-WEB_SECRETS_094
  • 4-WEB_SECRETS_097
  • 5-WEB_SECRETS_100
  • 6-WEB_SECRETS_111
  • 7-WEB_SECRETS_115
  • 8-WEB_SECRETS_120
  • 9-WEB_SECRETS_126
  • 10-WEB_SECRETS_160
  • 11-WEB_SECRETS_172
  • 12-WEB_SECRETS_178
  • 13-WEB_SECRETS_209
  • 14-WEB_SECRETS_222
  • 15-WEB_SECRETS_234

Vidéos

Distribution

Duceppe17-4703_Davide_Chiazzese

Davide Chiazzese

Steve

Francois-Xavier_Dufour

François-Xavier Dufour

Ivana

Michel_Dumont-731NB

Michel Dumont

Lino

Roger_La_Rue_nb-web

Roger La Rue

Tony

Duceppe17-5234_Danièle_Lorain

Danièle Lorain

Lia

Marie_Michaud_credit_Mario_St-Jean

Marie Michaud

Mara

pascalemontreuil-1

Pascale Montreuil

Cristina

Davide Chiazzese

Théâtre : Last Night at The Gayety; Province; In Search of Mrs. Pirandello; Hosanna; Billy (The Days of Howling); The 39 Steps

Cinéma : X-Men: Apocalypse

Télévision : The Lottery; Helix; Being Human

Projets : Successions (Théâtre Centaur); Hosanna (Théâtre Centaur)

Première présence chez DUCEPPE

François-Xavier Dufour

Théâtre : Les Trois Mousquetaires; Cyrano de Bergerac; Le Diable rouge; Marius et Fanny; Les Femmes savantes; Projet Andromaque; Le Comte de Monte-Cristo

Cinéma : Les amours imaginaires; En terrains connus; Elles étaient cinq

Télévision : Victor Lessard; Les Simone; Providence; Stan et ses stars; Pendant ce temps devant la télé

Dernière présence chez DUCEPPE : Qui a peur de Virginia Woolf?

Michel Dumont

Théâtre : Ils étaient tous mes fils; Août – Un repas à la campagne; La traversée de la mer intérieure; Le Diable rouge; Dans l’ombre d’Hemingway; Amadeus; Oncle Vania; 24 poses (Portraits); La mort d’un commis voyageur; À toi, pour toujours, ta Marie-Lou; Des souris et des hommes

Télévision : Victor Lessard ; Yamaska; Providence; Omertà; Marilyn; Monsieur le ministre

Cinéma : Le garagiste; Omertà; Café de Flore; Sans elle; Cargo

Dernière présence chez DUCEPPE : Les héros

Roger La Rue

Théâtre : Judy Garland, la fin d’une étoile; L’esprit de famille; Le Balcon; Le Dindon; Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent; Félicité

Télévision : Unité 9; Mémoires vives; Toute la vérité; Les Rescapés

Cinéma : Love Projet; Henri Henri

Dernière présence chez DUCEPPE : Une heure de tranquillité

Danièle Lorain

Théâtre : Marius et Fanny, La cantatrice chauve, La leçon, Footloose

Cinéma : C’t’à ton tour, Laura Cadieux; C’t’à ton tour, Laura Cadieux, la suite

Télévision : Laura Cadieux 1 et 2, Virginie, La Galère, Unité 9

Projet : Publication d’une biographie écrite en collaboration avec Denise Filiatrault

Dernière présence chez DUCEPPE :
 La Casta Flore

Marie Michaud

Théâtre : La Trilogie des dragons; Pour réussir un poulet; À toi, pour toujours, ta Marie-Lou; La Mémoire de l’eau; Le Dragon bleu; Dans l’ombre d’Hemingway

Télévision : Jeux de société; Marilyn; L’Auberge du chien noir; Mémoires vives

Projet : Comment je suis devenu musulman (Théâtre La Licorne)

Dernière présence chez Duceppe : As is (tel quel)

Pascale Montreuil

Théâtre : Backstage, La Bonne Âme du Se- Tchouan, Le Vertige, Le Blues de la métropole, Lortie; Muguette Nucléaire

Doublage : Sexe à New York; Harry Potter; Alice au pays des merveilles

Télévision : Toute la vérité; Trauma

Projet : National Slide (conte musical au Carre- four culturel de Notre-Dame-des-Prairies)

Dernière présence chez DUCEPPE : Amadeus

 

Crédits

Décor et accessoires
Normand Blais
Costumes
Pierre-Guy Lapointe
Éclairages
Éric Duval
Musique
Christian Thomas
Assistance à la mise en scène
Carol Gagné

Steve Galluccio

  Italien, Montréalais et Québécois, dramaturge et scénariste, Steve Galluccio est né au cœur de la Petite Italie dont il livrera cette saison quelques secrets ! Précédemment, en 2000, sa pièce Mambo Italiano, traduite par Michel Tremblay, était créée chez DUCEPPE dans une mise en scène de Monique Duceppe, suscitant unanimement l’engouement de la critique et du public. Voilà l’une des œuvres les plus populaires de l’histoire théâtrale canadienne avec au-delà de 100 000 spectateurs à Montréal et Toronto ! La pièce a été jouée à travers le monde, dont une importante tournée au Brésil. Son adaptation cinématographique, réalisée par Émile Gaudreault, fut un succès aux box-offices québécois et canadien, ainsi que sur la scène internationale où le film a été vendu dans plus de 50 pays. Puis, l’automne 2013 marque la création de sa pièce The St. Leonard Chronicles au Centaur. Les Chroniques de Saint-Léonard est ensuite créée en français sur les planches du Théâtre Jean-Duceppe en décembre 2014. DUCEPPE a le grand plaisir de présenter cette saison la toute nouvelle pièce de Steve Galluccio, Les secrets de la Petite Italie. Steve Galluccio amorce sa carrière théâtrale sur la scène indépendante à Montréal en 1990. Auteur de neuf pièces de théâtre, il a aussi participé à l’écriture de scénarios pour des séries télévisées qui ont fait leur marque, dont Un gars, une fille (Radio-Canada). Il est lauréat de trois prix Gémeaux. Par la suite, il a écrit en anglais la minisérie Ciao Bella produite par Radio-Canada et CBC, diffusée à l’automne 2004 en anglais et en français. Cette télésérie sera par ailleurs présentée aux États-Unis ainsi qu’au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. Ciao Bella a été présélectionnée au Festival de la Rose d’Or de Lucerne en Suisse et figurait parmi les productions mises en nomination au Festival de Télévision de Monte-Carlo et au gala des Gémeaux. Puis, en 2007, avec la collaboration d’Émile Gaudreault, il écrit la comédie dramatique Surviving My Mother, lauréate du Prix du film canadien le plus populaire au Festival des Films du Monde de Montréal. Funkytown, long métrage dont il signe le scénario, prend l’affiche au grand écran en 2011 et In Piazza San Domenico, pièce de théâtre également publiée chez Talon Books, est créée au Centaur avant d’être présentée au Theatre Harlekin en Allemagne, au Sudbury Theatre Centre et au Western Canada College. « Au Québec, peu d’auteurs peuvent jouer pour les deux équipes… Voir leurs pièces produites à la fois chez DUCEPPE et au Centaur ; leurs téléséries diffusées à CBC et à la SRC […] ; leurs scénarios tournés en anglais comme en français, avec Mary Walsh et Patrick Huard. Mais Steve Galluccio n’est pas un auteur comme les autres : c’est un Rital », écrivait Luc Boulanger dans La Presse, en septembre 2013.

Monique Duceppe

Crédit : François Brunelle

Les réussites théâtrales de Monique Duceppe sont éloquentes. Plusieurs des pièces dont elle a signé la mise en scène chez DUCEPPE figurent au palmarès des productions les plus courues et qui ont accueilli plus de 20 000 spectateurs ! Fleurs d’acier, Petit déjeuner compris, Haute Fidélité, Vice et Versa, Folle à lier, Chapitre deux, Mambo Italiano et L’esprit de famille sont du nombre. Cette saison, dix-sept ans après Mambo Italiano, trois ans depuis Les Chroniques de Saint-Léonard dont elle cosignait aussi la traduction, Monique Duceppe renoue avec l’auteur Steve Galluccio et signe la mise en scène de sa toute dernière œuvre : Les secrets de la Petite Italie.

C’est en 1985 que Monique Duceppe débute comme metteure en scène avec État civil : célibataire de Wendy Wasserstein. Forte de ce succès, elle enchaîne avec C’était avant la guerre à L’Anse-à-Gilles de Marie Laberge, Yonkers de Neil Simon, Le vent et la tempête de Jerome Lawrence et Robert E. Lee, La Preuve de David Auburn, Billy l’éclopé de Martin McDonagh, La mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller (Masque du public Loto-Québec en 2000), La Casta Flore de Peter Quilter, Halpern et Johnson de Lionel Goldstein, Une maison face au nord de Jean-Rock Gaudreault, Elling d’Axel Hellstenius et Petter Næss et Un Village de fous de Neil Simon.

En 2015, elle dirigeait Roger La Rue qui brillait dans le rôle principal d’Une heure de tranquillité du dramaturge français Florian Zeller, dont elle signait aussi l’adaptation québécoise. La saison dernière, chez DUCEPPE, elle montait Les héros de Gérald Sibleyras avec le trio de comédiens d’expérience : Michel Dumont, Marc Legault et Guy Mignault.

Monique Duceppe a également fait sa marque au Théâtre d’Aujourd’hui, au Théâtre du Chenal-du-Moine, au Théâtre Le Patriote, au Théâtre de Rougemont, au Théâtre Sainte-Adèle et au Théâtre Beaumont St-Michel, sans oublier l’Opéra de Québec qui lui a confié la mise en scène de Don Pasquale de Donizetti, sous la direction de Bernard Labadie.

Respectueuse des auteurs et de ses interprètes, sensible et instinctive, Monique Duceppe cumule plus de quarante années d’expérience dans le milieu du théâtre québécois. Dès son plus jeune âge, elle est passionnée de tout ce qui se déroule sur une scène. Déjà à l’adolescence, au Théâtre des Prairies, elle est une touche-à-tout infatigable. « La meilleure école », dira-t-elle.

En 2012, elle fait ses premières armes comme traductrice ; on présente chez DUCEPPE Les Peintres du charbon, sa version de la pièce de Lee Hall, The Pitmen Painters. En 2016, elle signe aussi l’adaptation québécoise de la pièce Nos femmes d’Éric Assous. Monique Duceppe assume la responsabilité du comité de lecture de DUCEPPE et fait partie du conseil d’administration.

1 h 25 sans entracte

1 h 25 sans entracte

LA PICCOLA ITALIA VUE PAR STEVE GALLUCCIO

L’auteur Steve Galluccio est né dans la Petite Italie et ce chaleureux quartier de la métropole semble être pour lui une source infinie d’inspiration, de souvenirs tendres et d’histoires savoureuses ! Bien connu pour ses pièces Mambo Italiano et Les Chroniques de Saint-Léonard, coscénariste du film Little Italy — qui prendra l’affiche en 2018 avec les stars hollywoodiennes Emma Roberts, Hayden Christensen et Alyssa Milano —, le dramaturge italo-montréalais crée cette saison chez DUCEPPE Les secrets de la Petite Italie. Entretien avec l’auteur.

Dans les années 1950, l’immigration des Italiens au Canada s’est intensifiée et la Petite Italie a connu son âge d’or avec notamment l’ouverture de nombreux commerces emblématiques du quartier. C’est à cette époque que vos parents s’y sont installés ?

Oui et j’y suis né en 1960. Je n’avais cependant que six mois lorsque nous avons déménagé. Toutefois, plusieurs membres de ma famille y sont restés longtemps et nous étions tout près, dans le quartier Chabanel. Mes racines sont dans la Petite Italie. Je pense à l’église Notre-Dame-de-la-Défense où j’ai été baptisé, où j’ai fait ma première communion et là où plusieurs mariages familiaux ont eu lieu.

Le quartier italien, comme on l’appelait, a vécu beaucoup de changements ces 50 dernières années et j’ai été témoin de cette évolution. Plusieurs boutiques et restaurants sont disparus. De nouveaux, pas nécessairement italiens, s’y sont installés. Ce n’est pas la Petite Italie de mon enfance, mais c’est un quartier très agréable. Récemment, il y a plusieurs jeunes Italiens qui y sont revenus, pas forcément pour y vivre, mais pour ouvrir des commerces. Je pense aux restaurants comme Gemma et Impasto, sur la rue Dante, où on retrouve aussi le café San Simeon qui est là depuis les années 70. Personnellement, quand je prévois une rencontre, un meeting, je donne toujours rendez-vous dans la Petite Italie. Aussi, j’y reviens tous les dimanches. J’adore aller au marché Jean-Talon, chez Milano pour acheter mes charcuteries italiennes ou chez Alati pour mes pâtisseries. Exactement comme mon père qui s’y rendait tous les dimanches, après la messe. C’était un rituel. On appréciait également la proximité du parc Jarry, un espèce de Central Park de Villeray ! C’est un endroit magnifique. Les familles immigrantes italiennes s’y donnaient rendez-vous pour des pique-niques les week-ends.

La Petite Italie s’est considérablement embourgeoisée dans les dernières années. Quand j’étais jeune, c’était un quartier ouvrier qui s’est malheureusement beaucoup délabré des années 60 jusqu’aux années 90. Mais l’espresso y était toujours aussi bon! Si, aujourd’hui, on note un retour vers la Petite Italie, à cette époque plusieurs la quittaient, notamment vers des quartiers de l’est de la ville. Contrairement à Saint-Léonard, par exemple, la Petite Italie est beaucoup plus européenne, donc plus compacte. On y est entassés et je pense que les Italiens avaient besoin d’espace.

Le maire Bourque a beaucoup fait pour la renaissance de la Petite Italie à la fin des années 90. C’est avec lui qu’on a d’ailleurs officialisé le nom du quartier. Il a aussi fait construire les arches qu’on retrouve à l’entrée et à la sortie. Il a rebaptisé le parc Martel, angle Saint-Laurent et Saint-Zotique, «parc de la Petite Italie». De concert avec la communauté italienne, Pierre Bourque a redonné une certaine fierté aux Italo-Montréalais, un sentiment d’appartenance. Et les Italiens, ceux de ma génération notamment, retournent aujourd’hui vers ce quartier. Même si je n’y ai jamais vraiment vécu, mes racines sont là. Je me dis que j’y suis né et que je vais y mourir. Je retournerai y vivre certainement.

Le personnage d’Ivana dans Les secrets de la Petite Italie est inspiré d’un transgenre qui a réellement vécu dans ce quartier dans les années 80, n’est-ce pas ?

Oui, mais dans les années 80, on ne les appelait pas des transgenres, mais des transsexuels. En effet, j’ai connu un garçon, l’ami d’un de mes bons copains, qui habitait dans la Petite Italie et aimait s’habiller en femme. Ses parents l’ont complètement rayé de leur vie. Ç’a été horrible. Son histoire est par la suite assez houleuse, on le perdait de vue constamment, et il est malheureusement décédé du sida. Je me suis demandé comment ça se serait passé si cette personne était revenue vers sa famille. Je me suis inspiré de lui et aussi de certains hommes que je voyais se balader dans la Petite Italie ou dans le Village gai vêtus en femme. C’est une fiction, mais plusieurs transsexuels que j’ai croisés dans ma vie ont inspiré cette pièce.

Les transgenres aujourd’hui, c’est un peu comme les homosexuels dans les années 80-90. C’était alors difficile d’être accepté lorsqu’on était gai, même dans les grandes villes, même si Montréal était plus ouverte. Quand j’ai écrit Mambo Italiano, à la n des années 90, c’était assez risqué de présenter une pièce de théâtre mainstream sur un gai, surtout un gai italien. Dans la culture italienne immigrante de cette époque, on sortait rarement du placard. Je pense que les cultures sud-européennes et sud-américaines, un peu plus machos, avaient encore plus de difficultés à accepter l’homosexualité. J’ai appris récemment qu’un psychologue au Chili, qui aide les homosexuels à assumer leur orientation, offre à ses patients une copie du DVD du lm Mambo Italiano. C’est quand même formidable! Jamais, je n’aurais imaginé avoir cet impact. Ça n’était pas vraiment mon intention, je voulais juste raconter une histoire, en partie basée sur ma vie. Je suis moi-même gai et tout ça me touche énormément.

Dans la communauté italienne, il y a eu un grand cheminement depuis les années 2000. La plupart des homosexuels sont aujourd’hui acceptés par leur famille, se marient. Disons que c’est pas mal réglé!

Lieux mentionnés par Steve Galluccio :

Caffe San Simeon – 39, rue Dante

Pasticceria Alati-Caserta – 277, rue Dante

Impasto – 48, rue Dante

Gema Pizzeria – 6827, rue Saint-Dominique

Milano – 6862, boulevard Saint-Laurent

Église Notre-Dame-de-la-Défense – 6800, avenue Henri-Julien

La Petite Italie de Montréal

La présence des Italiens au Québec remonte au 17e siècle, mais c’est au 19e siècle que leur immigration se développe réellement. Deux vagues majeures bâtiront la communauté italienne de Montréal. La première vague arrive entre 1880 et le début de la Première Guerre mondiale; la seconde, la plus importante, s’installe entre 1946 et 1960. Avant le début du 20e siècle, ce sont principalement des hommes, immigrants en majorité temporaires, qui sont employés des chemins de fer, des mines et des camps de bûcherons. Ensuite, l’immigration évolue, elle est familiale et permanente.

Les Italo-Montréalais se rassemblent à compter de 1910 dans un quartier de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, au sein de la paroisse Notre-Dame- de-la-Défense. C’est dans cette plus ancienne paroisse italienne au Canada que s’élève la belle et grande église du même nom, construite en 1919 et inaugurée en 1927. La décoration intérieure est réalisée par le célèbre maître verrier Guido Nincheri « le Michel-Ange de Montréal », qui est aussi coarchitecte du bâtiment. La magnifique église Notre-Dame-de-la- Défense, de style roman à croix grecque, a été désignée par le gouvernement canadien comme lieu historique national en 2002.

Situé le long du boulevard Saint-Laurent, entre les rues Saint-Zotique et Jean-Talon, ce quartier que l’on nomme aujourd’hui La Petite Italie demeure au cœur de la vie communautaire et culturelle des Italo-Montréalais.

Saviez-vous que ce sont eux qui ont initié les Montréalais aux potagers urbains, aujourd’hui si populaires ? Puisque les épiceries d’ici ne répondaient pas à tous leurs besoins alimentaires, ils ont commencé à cultiver tomates, poivrons et zucchinis dans les ruelles de la métropole !

« On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille » dit la chanson, mais on peut choisir sa vie. Ivana a décidé de faire éclater la vérité au grand jour. Tout un bouleverse- ment dans la petite communauté de la rue Dante. Steve Galluccio, l’auteur des Secrets de la Petite Italie, nous parle avec amour de ce milieu qu’il connaît bien. Dites-vous bien que cette histoire pourrait se passer n’importe où.

Loin du regard des gens, loin des préjugés, des commentaires réducteurs, Ivana a décidé de faire tomber les barricades et de s’affirmer.

Cela demande du courage, de la détermination. Quand on est mal dans sa peau, quand on rêve d’en changer, ce n’est pas une question de mode, c’est une question de survie ! Il y a un besoin urgent de vérité, plus de secret et surtout plus question d’avoir honte. Comme tous les gens comme elle, Ivana a décidé de vivre pleinement sa vie. Vous n’avez qu’à l’écouter…

Monique Duceppe

Mes personnages sont mon miroir. Ils avancent du mieux qu’ils peuvent dans la vie, imparfaits, brisés, résignés. Ils comptent sur de petits miracles pour s’en sortir. Ils sont agités, troublés, esseulés, mais ils parviennent quand même à survivre parce qu’ils savent, ou espèrent, que leur périple les amènera vers une autre transition qui remettra en question leur existence, leur brisera le cœur et, au final, leur apportera du bonheur.

Bon spectacle!
Steve Galluccio

Le linge sale?

La Petite Italie. Un beau dimanche après-midi.
Tony est paniqué. Sa femme n’est pas rentrée. Et cette disparition mystérieuse va provoquer un retour inopiné et explosif, celui de la marginale Ivana.
En ce beau dimanche après-midi, dans la Petite Italie, malgré les apparences, malgré les secrets jalousement gardés, la vérité va éclater.
Les secrets de famille! Quel extraordinaire ressort dramatique. Les secrets de famille : de véritables bombes à retardement.
En un seul après-midi, les masques vont tomber et les couteaux vont voler dans tous les sens.
Toute la famille va devoir affronter une réalité qu’elle juge déshonorante.
Après Mambo Italiano et Les Chroniques de Saint-Leonard, Steve Galluccio nous plonge à nouveau au coeur d’un univers qu’il connaît parfaitement.
Quand le linge est sale, il faut le laver….. mais de préférence en famille.

Bon théâtre !
Michel Dumont

Selon moi, la meilleure pièce des 5 dernières années.
– A. L.

Très bon spectacle. Excellent mélange entre le drame et la comédie. Michel Dumont est excellent dans son rôle et Danièle Lorain très comique.
– M. D.

Formidable les comédiens ont été choisis avec soins. Ils ont bien démontré leurs rôles.
– F. B.

Excellent spectacle; sujet traité avec justesse.
– M. C. P.

Quelle interprétation de tous les comédiens présents. Une des meilleures pièces vues chez Duceppe.
– L. G.  

Décor extraordinaire, excellent jeu des acteurs, très bonne pièce. Félicitations à tous!
– A. T.

Bon choix de comédiens …on oubliait les comédiens, ils étaient réels. Bien aimé les dialogues.
– R. P.

Nous avons beaucoup aimé. Nous n’avons pas vu le temps passer.
– A. B.

La seule chose que je peux dire c’est BRAVO BRAVO ET BRAVO j’ai adoré!
– F. M.

On a adoré le spectacle, les comédiens nous tiennent en haleine du début jusqu’à la fin.
– R. C.

Cette pièce est tout simplement très bonne et les comédiens livrent une performance vraiment touchante.
– M. B.

J’ai adoré ce mélange de drame et d’humour. Bravo pour ces textes intelligents et l’interprétation des acteurs.
– A. D.

J’ai bien aimé la pièce. Les comédiens sont excellents. J’ai adoré le jeu de François-Xavier Dufour qui était dans le ton juste du personnage. Michel Dumont était comme toujours éblouissants en grand-papa. Les décors étaient parfaits.
– J. M.

J’ai trouvé la pièce très bien à tous niveaux. Mise en scène, jeu des comédiens, décor. Une pièce touchante et réaliste à la fois.
– J. P. L.

C’est un thème très profond tout en étant humoristique.
– M. B.

Je n’ai que des éloges pour cette pièce qui est riche en émotion, bien actuelle avec toutes nos différences.
– S. B.

Un seul mot…..EXCEPTIONNEL!!!
– A. L.

Magnifique intrigue légère et splendidement livrée. Des comédiens à la hauteur. Et surtout sans entracte.
– R. M.

Soirée parfaite… Pas de place à l’ennui… Que de talents au Québec! M. Dumont toujours aussi investi dans ses rôles. Bravo à tous!
– G. L. J.

Très très bon. Jeu constant d’émotions. Une belle brochette de comédien(ne)s très crédibles dans leurs rôles respectifs. François-Xavier Dufour mérite le prix Jean-Duceppe pour sa formidable prestation!
– D. L.

Très belle pièce ….amusante…sensible…avec des comédiens de grands talents…très belle soirée de théâtre.
– F. M. R.  

Très belle adaptation…nous avons passé un bon moment …vraiment !
– H. L.

Excellente pièce. Tous les comédiens étaient à la hauteur de leur talent.
– L. M.

Les personnages sont hilarants. Pièce d’actualité.
– L. M.

Très bon spectacle qui navigue entre drame et la comédie.
– O.P.

J’ai beaucoup aimé la pièce, surtout le jeu des acteurs. Je suis toujours fasciné par leur immense talent, qui nous donne l’impression de vivre l’histoire avec eux. Ayant grandi dans la Petite Italie, sur la rue Dante, les images de mon enfance se bousculaient dans ma tête, avec une vive émotion de déjà-vu. Un pur bonheur!
– L. D.

Comédiens formidables, très bonne mise en scène, texte juste.
– M. J. B.

Très bonnes prestations des comédiens qui nous font ressentir toutes les émotions de la pièce.
– J. I.

Une vraie bonne pièce qui non seulement fait rire mais surtout nous fait réfléchir sur les relations familiales et tout le non-dit.
– M. L.

Très bon spectacle. J’ai beaucoup apprécié le texte et j’ai trouvé la mise en scène très efficace. Excellent jeu des comédiens et coup de cœur pour Danièle Lorain.
– C. C.

Spectacle qui vaut vraiment la peine. Très bien rendus, entre autres Michel Dumont et Danièle Lorain.
– L. D.

Bonne performance de tous les comédiens. Histoire actuelle intéressante.
– R. P.

Cette pièce est tout simplement très bonne et les comédiens livrent une performance vraiment touchante.
– M. B.

Mise en scène réussie…bravo à Michel Dumont…
– J. L.

Un alliage de divertissement et de réflexion sur l’acceptation.
– J. A.

Beau texte – Bien joué – Michel Dumont extraordinaire – Très touchant.
– C. G.

Drôle et touchant! Une belle performance des acteurs.
– V. D.

J’ai adoré ce spectacle tellement vrai et aussi d’actualité avec des pointes d’humour. Un régal!
– Y. G. L.

Excellente pièce. Un texte intelligent, des dialogues percutants avec d’excellents comédiens.
– C. F.

Quelle belle occasion de réflexion et quelle belle opportunité de revoir nos préjugés.
– M. T.

Belle chimie entre les comédiens. sujet très rarement abordé et qui va permettre des discussions par la suite dans notre entourage. De beaux moments d’émotion.
– L. A.

Très très bonne pièce. Nous passons du rire à la grande soufrance. Bien émouvant.
– D. R.

Excellente interprétation de tous les comédiens, excellent Michel Dumont. Bravo.
Belle soirée de théâtre. Félicitations.
– G. D.

Formidable ! Une des meilleures pièces que j’ai vu au cours des dernières années. Bravo !
– A. L.

Une très belle pièce superbement interprétée. Le rideau aux couleurs de l’Italie est impressionnant lorsque l’on entre dans le théâtre.
– M. B.

Quelle belle soirée au théâtre! La pièce, à la fois dramatique et humoristique, est jouée par des comédiens de talent. Il n’y a pas eu de longueur. Le texte est intéressant, le décor adéquat, la mise en scène adéquate. Je recommande à mes proches d’aller voir cette pièce.
– C. D.

Sujet profond qui fait réfléchir. Bon jeu des acteurs. Décors superbes.
– N. J.

Pièce fantastique, excellent jeu de comédiens.
– F. D.

Excellente pièce où l’intrigue nous captive jusqu’à la fin. Merci!
– J. C.

Magnifique, belle prestation des comédiens. Bravo !
– W. M.

Pas de longueur, une excellente distribution, pas de cliché. Tous les comédiens sont excellents et François Xavier Dufour, que je ne connaissais pas, brille. Son coeur est là grand ouvert, il nous touche. Des gens pleuraient autour de moi.
– N.G.

Un excellent moment de pur plaisir!
– C. C.

J’ai adoré. Drôle et dramatique à la fois. Divertissant et « songé », c’est comme ça que j’aime passer une belle soirée.
– M.F.

Nous avons bien apprécié. Histoire très contemporaine. Le jeu des comédiens est très bien, bravo! On reste accroché jusqu’à la fin…
– G. F.

Un véritable chef d’œuvre.
– D. A.

Très belle pièce dont le sujet très réel a suscité de bonnes discussions! J’ai apprécié le jeu de tous les comédiens qui étaient très touchants!
– J.B.

Très bon spectacle. Bon texte. J’ai été particulièrement touchée par le jeu de Michel Dumont, exceptionnelle performance. Merci!
– H. M. S.

Génial! Quel texte sublime.
– J. C.

Bon spectacle – très belle performance de tous les comédiens. Pièce divertissante et bien ficelée.
– C. S.

Très réaliste, actuel et qui fait réfléchir.
– R. B.

J’ai adoré! Le mélange parfait d’humour et de drame! Steve Galluccio met le doigt sur ce qui dérange….ces méchants secrets. Le temps a filé! Tous les acteurs étaient bons mais chapeau à Michel Dumont pour ce Nonno si émouvant!
– V.B.

J’ai passé une très agréable soirée. Très belle pièce, très touchante, tous les comédiens étaient excellents, également une très bonne mise en scène. Bravo à la Compagnie Jean Duceppe pour ce beau choix de pièce, un très beau moment.
– T. D.

Ce fut une soirée hyper agréable. Une histoire touchante joué par des actrices et acteurs de grand talent.
Une histoire à la fois drôle et émouvante. Bravo à Michel Dumont pour l’avoir choisie et à Monique Duceppe pour avoir choisi François-Xavier Dufour.
– J. P. C.