Les héros

Texte Gérald Sibleyras  Mise en scène Monique Duceppe

Adaptation Michel Dumont

du 14 décembre 2016 au 4 février 2017

avec Michel Dumont, Marc Legault et Guy Mignault

Titre original : Le vent des peupliers

Résumé de la pièce

Le vent se lève! Il faut tenter de vivre!    — Paul Valéry

Été 1959, sur la terrasse isolée d’un hospice pour anciens combattants, on rejoint trois vétérans de la Première Guerre. Gustave, meneur, bougonneux et secrètement mythomane; Philippe, qui perd connaissance à tout bout de champ à cause d’un éclat d’obus logé dans son crâne; et Henri, vieux garçon rempli de candeur et d’optimisme. Le trio se tient loin des autres pensionnaires, se lamente de l’infirmière autoritaire, se cherche des poux continuellement et… élabore un plan pour voir le monde. Ces trois héros de l’effroyable conflit se retrouveront-ils en Indochine ou sous les peupliers pour un pique-nique? Sur leur terrasse, leur royaume, leur refuge, les trois attachants comparses font la loi. Mais au loin, qu’en serait-il ?

Les héros met en lumière trois personnages attendrissants et réjouissants, dont on parle peu au théâtre. Trois hommes revenus d’une guerre atroce, éclopés et laissés pour compte dans un hospice. Malgré un prélude dramatique, voilà une pièce pleine de drôlerie irrésistible, de taquineries perpétuelles et d’affection au masculin. En un hymne à la vie, à la complicité et à la force du rêve, l’auteur français Gérald Sibleyras a écrit une œuvre d’une grande tendresse pour ces trois héros malcommodes, qui ne partiront peut-être jamais, mais qui continueront de rêver. Jour après jour.


«Ce trio de solides acteurs joue des scènes drôles et assez cocasses. On a affaire à trois acteurs expérimentés, à la personnalité scénique très différente.» – Luc Boulanger, La Presse

«Les héros font passer un moment extrêmement agréable et nous rappellent que toute personne mérite d’être connue et a toujours bien des choses à apporter aux autres.» – Sophie Jama, Huffington Post

«La distribution d’exception vaut le détour.» – Francis Lepage, Polyscope

«La mise en scène sert les trois acteurs et permet au spectateur de rêver avec les personnages.»  – Marie-Michelle Demers, Hurlevent Théâtre

Témoignages

Tout à fait impressionnant. Le décor est fabuleux, on a le goût d’y vivre avec eux. Le jeu des comédiens est de haut niveau. Bravo de faire vivre ces personnages par des acteurs d’expérience.
 N. L.

Absolument touchant. On s’attache rapidement aux personnages. Quels excellents comédiens !!! Coup de coeur pour Michel Dumont… sans faire ombrage aux deux autres comédiens!!!
 S. H.

Ce fut un très bon moment. Les acteurs étaient de qualité et la pièce était charmante, comique et attendrissante. Je n’ai pas vu le temps passer.
G.M.

J’ai eu le sourire toute la pièce, en plus d’avoir ri très souvent! Je suis rentrée chez moi le cœur léger et juste a y penser, je souris encore! Merci de ce beau cadeau, je l’ai grandement apprécié!
 C.C.

Une pièce pleine de rêves et de goût de vivre pour des personnes qui se retrouvent isolées en fin de vie. Très appréciée!
— L.T.

D’excellents acteurs qui gardent le tempo et une fin qui donne envie à tous de partir et suivre les bernaches. Tout est dans l’imaginaire, fantastique. Beau décor et belle musique.
— C.D.

Tous les témoignages

Calendrier

Aucun événement à venir

Aucun événement à venir

Aucun événement à venir

Aucun événement.

Photos

  • DUCEPPE_Les_heros_025web
  • DUCEPPE_Les_heros_029web
  • DUCEPPE_Les_heros_039web
  • DUCEPPE_Les_heros_045web
  • DUCEPPE_Les_heros_046web
  • DUCEPPE_Les_heros_063web
  • DUCEPPE_Les_heros_077web
  • DUCEPPE_Les_heros_079web
  • DUCEPPE_Les_heros_105web
  • DUCEPPE_Les_heros_140web
  • DUCEPPE_Les_heros_144web
  • DUCEPPE_Les_heros_157web
  • DUCEPPE_Les_heros_163web
  • DUCEPPE_Les_heros_197web

Vidéos

Distribution

Michel_Dumont-731NB

Michel Dumont

Henri

Marc_Legault-2341NB

Marc Legault

Philippe

Guy.Mignault_0093_credit_Marc_Lenyre_NB

Guy Mignault

Gustave

Michel Dumont

Théâtre : Août – Un repas à la campagne; La traversée de la mer intérieure; Le Diable rouge; Dans l’ombre d’Hemingway; La Cerisaie; Excuse-moi; Amadeus; Une maison face au nord; Oncle Vania; Le Dîner de cons; 24 poses (Portraits); La mort d’un commis voyageur; À toi, pour toujours, ta Marie-Lou; Des souris et des hommes; Les Gars

Télévision : Yamaska; Providence; Omertà; Marilyn; Monsieur le ministre; Race de monde

Cinéma : Le garagiste; Omertà; Café de Flore; Sans elle; Cargo

Prochainement : Victor Lessard – Rouge mémoire (télévision)

Dernière présence chez DUCEPPE : Ils étaient tous mes fils

Marc Legault

Théâtre : La liste de mes envies; Dans l’ombre d’Hemingway; Le vent et la tempête; La mort d’un commis voyageur; Rien à voir avec les rossignols; 24 poses (Portraits); Equus

Télévision : Toute la vérité; Yamaska; L’Auberge du chien noir; Rock et Rolland; Les hauts et les bas de Sophie Paquin; Marilyn

Cinéma : Roméo et Juliette; La Grande Séduction; Le secret des grands cours d’eau; Appel longue distance; Le Frère André; La Gammick 

Dernière présence chez DUCEPPE : La traversée de la mer intérieure

Guy Mignault

Théâtre : Le Malade imaginaire; À toi, pour toujours, ta Marie-Lou; Une maison face au nord; Bonbons assortis; L’Avare

Télévision : Météo +; FranCoeur; Rue L’Espérance; Cormoran; Lance et compte; L’Amour avec un grand A

Cinéma : Un même sang; Le Crime d’Ovide Plouffe

Dernière présence chez DUCEPPE : L’expulsion de Lily Barton

Crédits

Décor et accessoires
Normand Blais
Costumes
Pierre-Guy Lapointe
Éclairages
Luc Prairie
Musique
Christian Thomas
Vidéo
Yves Labelle
Assistance à la mise en scène
Carol Gagné

Gérald Sibleyras

Gerald-SibleyrasDramaturge et scénariste français, Gérald Sibleyras est né à Paris en 1961. « J’écris comme ceux qui ne savent pas écrire. On écrit des dialogues quand on ne sait pas faire des phrases. Ce qui m’amuse c’est de choisir un sujet plutôt dramatique et d’en faire une comédie », affirmera-t-il en 2003 au magazine Le Point. Aujourd’hui reconnue en France et à l’étranger, son œuvre est traduite et jouée dans de nombreux pays. Ses pièces ont aussi maintes fois été nommées aux Molières.

Chroniqueur à France Inter de 1996 à 1999, Gérald Sibleyras y rencontre Jean Dell, avec lequel il écrit Le Béret de la tortue en 2001, puis Un petit jeu sans conséquence, marivaudage moderne mettant en scène un couple qui feint une rupture. Cette pièce obtient neuf nominations aux Molières en 2003 et en récolte cinq, dont celui de la « Meilleure création » et de la « Meilleure pièce du théâtre privé ». Un petit jeu sans conséquence est adaptée pour le cinéma en 2004 par Bernard Rapp, avec Sandrine Kiberlain et Yvan Attal dans les rôles principaux. Le tandem Sibleyras et Dell signe aussi la comédie Une heure et demie de retard, créée en 2005, et Vive Bouchon!. l’année suivante.

Parmi ses œuvres originales, l’une des plus connues est Le vent des peupliers que DUCEPPE présente cette saison sous le titre Les héros. Nommée quatre fois aux Molières en 2003, notamment dans la catégorie du « Meilleur auteur », elle récolte le prix Laurence Olivier 2006 de la « Meilleure comédie » pour son adaptation en anglais de Tom Stoppard présentée au Windhams Theatre à Londres.

Gérald Sibleyras a également écrit La Danse de l’albatros, sélectionnée en 2007 pour le Molière du « Meilleur auteur francophone vivant ». En 2008, il présente Le Banc au Théâtre Montparnasse, puis Cendrillon, le spectacle musical qu’il coécrit avec Étienne de Balasy. En 2015, il offre Perrichon voyage toujours, une adaptation libre du Voyage de Monsieur Perrichon d’Eugène Labiche et, finalement, Un avenir radieux, chaudement applaudie à l’automne 2015 au Théâtre de Paris.

Parallèlement, il adapte de nombreuses pièces. Parmi celles-ci, La Retraite de Russie de William Nicholson, Les Aventures de Rabbi Jacob d’après le scénario du film, Les 39 Marches d’Alfred Hitchcock et John Buchan, qui lui vaut le Molière du « Meilleur adaptateur » en 2010, Pensées secrètes et Des fleurs pour Algernon en 2012. Tout récemment, il cosigne l’adaptation française avec l’acteur André Dussollier de Novecento, d’après l’œuvre d’Alessandro Baricco. En 2007, la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques) décerne à Gérald Sibleyras le prestigieux « prix Théâtre ».

La pièce Le Vent des Peupliers de Gérald Sibleyras est représentée par l'Agence DRAMA, 24 rue Feydeau, 75002 PARIS - France - www.dramaparis.com

Monique Duceppe

La saison dernière, chez DUCEPPE, Monique Duceppe montait Une heure de tranquillité du dramaturge français Florian Zeller. Elle y dirigeait alors Roger La Rue qui y brillait dans le rôle principal. Elle s’attaque cette année à une touchante comédie avec Les héros, qui met en lumière trois personnages aussi malcommodes que réjouissants !

Crédit : François Brunelle

Les réussites théâtrales de la metteure en scène sont éloquentes. Citons Fleurs d’acier, Petit déjeuner compris, Haute Fidélité, Vice et Versa, Folle à lier, Chapitre deux et Mambo Italiano, qui figurent toutes au palmarès des productions qui ont rejoint le plus grand nombre de spectateurs chez DUCEPPE. Lors de la saison 2014-2015, on la voit renouer avec l’auteur Steve Galluccio qui crée, treize ans après Mambo Italiano, sa nouvelle pièce Les Chroniques de Saint-Léonard. Monique en signe la mise en scène et collabore à la traduction.

C’est en 1985 que Monique Duceppe débute comme metteure en scène avec État civil : célibataire de Wendy Wasserstein. Forte de ce succès, elle enchaîne avec C’était avant la guerre à L’Anse-à-Gilles de Marie Laberge, Yonkers de Neil Simon, Le vent et la tempête de Jerome Lawrence et Robert E. Lee, La Preuve de David Auburn, Billy l’éclopé de Martin McDonagh, La mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller (Masque du public Loto-Québec en 2000), La Casta Flore de Peter Quilter, Halpern et Johnson de Lionel Goldstein, Une maison face au nord et La traversée de la mer intérieure de Jean-Rock Gaudreault, Elling d’Axel Hellstenius et Petter Næss et Un Village de fous de Neil Simon.

Monique Duceppe a œuvré au Théâtre d’Aujourd’hui, au Théâtre du Chenal-du-Moine, au Théâtre Le Patriote, au Théâtre de Rougemont, au Théâtre Sainte-Adèle et au Théâtre Beaumont St-Michel, sans oublier l’Opéra de Québec qui lui a confié la mise en scène de Don Pasquale de Donizetti.

Respectueuse des auteurs et des interprètes, sensible et instinctive, Monique Duceppe cumule plus de quarante années d’expérience dans le milieu du théâtre québécois. Dès son plus jeune âge, elle est passionnée de tout ce qui se déroule sur une scène. Déjà à l’adolescence, au Théâtre des Prairies, elle est une touche-à-tout infatigable. « La meilleure école », dira-t-elle.

En 2012, elle fait ses premières armes comme traductrice ; on présente chez DUCEPPE Les Peintres du charbon, sa version de la pièce de Lee Hall, The Pitmen Painters. Monique Duceppe assume la responsabilité du comité de lecture chez DUCEPPE et fait partie du conseil d’administration.

(Crédit photo : François Brunelle)

1 h 45 sans entracte

VIVRE… JUSQU’AU BOUT. 

Quand on a fait la guerre et qu’on en est revenu blessé et éclopé, quand on végète dans un hospice pour vétérans, quand les journées sont longues, interminables et monotones, quand on est oublié du monde extérieur, laissé pour compte et inexorablement vieillissant, que reste-t-il ? Attendre la fin ? Eh ben, non ! Comme le disait le poète « le vent se lève, il faut tenter de vivre » !

Sur leur terrasse, leur royaume, leur refuge, nos trois « héros » font des plans,
projettent de s’évader, de partir au loin, à l’aventure. Partiront-ils vraiment ?
Qui sait ?

Qu’il s’agisse d’aller en Indochine, de faire un pique-nique ou de monter jusqu’aux peupliers qui s’agitent doucement sous la brise, peu importe. L’important, c’est de rêver, de vivre sa vie… jusqu’au bout.

Michel Dumont

L’année 1959. Un hôpital pour vétérans quelque part en France. Gustave, Philippe et Henri ont fait la Première Guerre mondiale et vont finir leurs jours à l’hospice… Ils ont un rêve : partir ! Fuir cet endroit où la mort les attend… Gustave souffre du syndrome post-traumatique, Philippe a reçu un éclat d’obus à la tête et passe son temps à s’évanouir et Henri n’est pas aussi agile qu’avant à cause de sa blessure à la jambe. L’évasion semble difficile.

Ils ont fait la guerre et ce n’est pas sœur Madeleine qui va freiner leur expédition. On maudit la mort, on maudit l’endroit, on rêve de voyage, de femmes, de plaisirs charnels…

Prisonniers de leur hospice, ils voient les collines au loin, là où le vent souffle, la vie à l’extérieur des «murs». Alors ils rêvent d’aventure.

Le texte m’a touchée, on parle rarement des gens de cette génération. J’aime aussi la poésie du texte, le sens de la famille « inventée » à défaut de la vraie.

Une pièce charmante, des personnages attachants, Michel, Guy, Marc « mes hommes » à moi ! À eux trois, ils ont des années d’expérience et du talent à revendre. 

Monique Duceppe

Tombée dans la marmite quand elle était toute jeune…

Monique Duceppe signe la mise en scène de la pièce Les héros, comédie tendre mettant en lumière trois vétérans de la Première Guerre, trois héros aussi malcommodes, attendrissants que réjouissants. Metteure en scène de nombreuses productions chez DUCEPPE — Une heure de tranquillité, Mambo Italiano ou Fleurs d’acier, entre plusieurs autres —, Monique Duceppe se consacre au théâtre depuis sa jeunesse, alors qu’elle s’affairait sous l’œil averti de son père Jean. Conductrice du camion de tournée, monteuse de décors,
régisseure de son, assistante à la mise en scène, les planches la passionnent depuis aussi longtemps qu’elle se souvienne. Passion qui ne s’essouffle manifestement pas. Entretien avec la metteure en scène et responsable du comité de lecture de DUCEPPE.

La pièce Les héros donne à entendre trois soldats survivants de la Première Guerre. Les deux grands conflits mondiaux ont été traités largement dans la littérature. Mais, l’après-guerre, ceux qui en reviennent, on en parle beaucoup moins, n’est-ce pas ?

On a oublié ces gens-là. Et ça me touche beaucoup. On en fait des héros quand ils partent à la boucherie pour leur patrie, mais lorsqu’ils rentrent du combat, post-traumatisés physiquement ou mentalement, c’est souvent une autre histoire. On en sait peu sur ce qu’ils deviennent.

Les trois vétérans de la pièce ont été placés il y a plus ou moins longtemps dans un hospice pour soldats, en France. On est en 1959, une quarantaine d’années après la fin de la Première Guerre, où ils ont tous les trois combattu. Ils sont en sécurité, peut-être, mais c’est troublant de voir que même leurs proches les ont oubliés. En fait, ils ne font plus partie de rien. Ni de la société ni de leurs familles. Ils doivent faire preuve d’une grande résilience.

Mais, malgré cette prémisse tragique, la pièce est loin d’être triste !

La pièce n’est pas tragique. Loin de là ! Je ne fais pas un documentaire sur la Première Guerre mondiale. La pièce est tendre, touchante et même drôle. Ces trois vieux hommes qui se cherchent des poux continuellement ont profondément besoin l’un de l’autre pour vivre. Ils ont besoin de cette amitié, de pimenter leurs journées ensemble, ils rêvent d’évasion. Ils sont attendrissants, résilients et extrêmement divertissants à la fois. Il y a l’éternel romantique, le malcommode désagréable et le chancelant qui en perd des bouts… Mais, ils se complètent. On a affaire à tout un trio de survivants !

Voilà trois personnages que l’on voit peu au théâtre, n’est-ce pas ?

En effet. Ce sont des hommes vieillissants, entre 65 et 75 ans, disons. C’est un grand bonheur de travailler avec ces trois acteurs expérimentés — Marc Legault, Guy Mignault et Michel Dumont. D’abord, c’était important pour moi que les acteurs aient sensiblement l’âge des personnages. Qu’ils ne « jouent » pas des « vieux », qu’ils n’aient pas à composer des hommes de cet âge. Ils sont merveilleux. 

En plus d’être metteure en scène, vous êtes responsable depuis maintenant plus de vingt ans du comité de lecture de la compagnie. Comment dénichez-vous les pièces qui composent chacune des saisons chez DUCEPPE ?

Je regarde ce qui se passe sur les planches en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, un peu partout. Je fais venir le texte des pièces qui m’allument et je les soumets  au comité de lecture qui est composé de Louise Duceppe, la directrice générale, Michel Dumont, le directeur  artistique ainsi que de cinq autres membres, tous issus du milieu du théâtre — metteur  en  scène, comédien, auteur, documentariste… — et de styles de théâtre divers (moderne, jeunesse, etc.). Des gens qui voient beaucoup de théâtre, de toutes sortes. Aussi, il arrive que des metteurs en scène, des auteurs, des acteurs, connus ou moins connus, nous fassent un « pitch » pour une pièce. Sans compter que les abonnés nous soumettent également des propositions. Après un voyage par exemple. On a d’ailleurs  eu de très  belles surprises sur ce plan !

Vous lisez combien de pièces annuellement ?

Nous avons quatre réunions par année et à chaque rencontre, nous avons lu les 15 mêmes pièces, que nous avons commentées. Aussi, on en lit quelques autres, chacun de notre côté. Au total, on dévore au moins 80 œuvres par année !

Quels sont les critères pour être de la programmation chez DUCEPPE ?

Ça dépend de nombreuses choses. L’originalité du traitement, de la proposition, du thème, de la forme. Mais, nous sommes ouverts, et on doit rester ouverts. On a toujours en tête la phrase de mon père qui disait « Je veux toucher le monde, les amuser, les faire rire, pleurer ou réfléchir, peu importe, mais je veux les toucher. Comme dans la vie. » C’est l’essence, la mission de notre compagnie, depuis que mon père l’a fondée, il y a 43 ans.

Aussi, idéalement, on souhaite varier les styles au sein d’une même saison. Une balance entre comédie et drame. Une variété d’émotions. Il y a également les contraintes budgétaires. On ne peut pas, par exemple, la même année, présenter cinq productions à 20 comédiens ! Il y a aussi la question de disponibilité des acteurs et du metteur en scène. Parfois, on garde une œuvre en banque, pour une saison ultérieure. Il y a la négociation des droits qui entre également en jeu, l’actualité…

Bref, c’est un casse-tête de bâtir une saison à notre goût et équilibrée. Mais, c’est un très beau casse-tête !

Une soirée poétique. La douceur des propos, la délicatesse du dialogue, l’amitié entre les 3 hommes.  Ça fait du bien une heure et demie de juste vivre, de fermer la porte au monde où tout se bouscule…
 M.L.

J’ai bien aimé le jeu des acteurs: c’était authentique.  Je travaille dans le milieu de la santé auprès de personnes âgées. J’ai retrouvé des attitudes de mes patients.  J’ai trouvé ça drôle, frais et de bon ton.
 D.B.

Les comédiens étaient excellents, le décor était extraordinaire on se sentait vraiment dans le sud de la France. J’ai bien aimé l’utilisation de nouvelles technologies pour nous faire passer du jour à la nuit .  Il émanait des personnages une grande humanité et une belle sensibilité.  Le temps a passé trop vite. Merci pour cette belle pièce.
 M.P.

Très bonne pièce, divertissante, qui nous fait prendre conscience du sort de beaucoup de vétérans.
 J.P.

Excellente prestation pour une pièce de bon goût. Vraiment apprécié.
 M.B.

Superbe décor et sublime animation vidéo. De très bons comédiens qui forment une bonne équipe. Bravo. Une histoire touchante racontée doucement. Une belle soirée.
 P.P.

Bonne idée de représenter des personnes âgées sur scène. Réaliste et drôle en même temps tout en étant respectueux. J’ai bien aimé.
 L.L.

J’ai aimé l’humour, le côté humain, le jeu des acteurs et le fait que l’on s’intéresse à ce que vivent des personnes de cet âge, ce que l’on ne voit pas très souvent au théâtre.
 F.M.

Drôle et touchant  d’entendre ces vétérans  encore rêver d’accomplir de grandes choses malgré leurs limites. Décor fabuleux et tellement réaliste.
 M.L.

Bonne interprétation, bon divertissement, juste assez long! À voir!!!
 N.C.

Un décor sublime, des comédiens au sommet de leur art, une histoire pleine d’humour et de tendresse. Un grand moment de théâtre!
 E.C.

Pièce légère et divertissante. Très joli décor. Comédiens chevronnés qui méritent des félicitations pour leur audace.
 N.B.

Tout à fait impressionnant. Le décor est fabuleux, on a le goût d’y vivre avec eux. Le jeu des comédiens est de haut niveau. Bravo de faire vivre ces personnages par des acteurs d’expérience.
 S. H.

Absolument touchant. On s’attache rapidement aux personnages. Quels excellents comédiens !!! Coup de coeur pour Michel Dumont… sans faire ombrage aux deux autres comédiens !!!
 C. L.

Ce fut un très bon moment. Les acteurs étaient de qualité et la pièce était charmante, comique et attendrissante. Je n’ai pas vu le temps passer.
G.M.

J’ai eu le sourire toute la pièce, en plus d’avoir ri très souvent! Je suis rentrée chez moi le cœur léger et juste a y penser, je souris encore! Merci de ce beau cadeau, je l’ai grandement apprécié!
 C.C.

Comme un petit film français de Provence.  Personnages attachants.  Texte intéressant. »
 J.B.

Une comédie cynique. … « il faut pas trop rire / la vieillesse c’est une maladie qui s’attrape ! »… Excellent  !
– A.L.

À la fois amusant et émouvant. Décor extraordinaire.
– D.L.

Très bon spectacle sur la solitude de nos anciens combattants et sur leur façon d’essayer de s’en sortir.
– J.B.

Excellente soirée des plus agréables. Léger et harmonieux.
– M.L.

J’ai beaucoup aimé. J’ai été fascinée par le décor.
– A.G.

C’est une pièce qui leur va comme un gant. Cette pièce pour moi c’est du bonbon.
– J.N.

J’ai eu l’impression de voyager dans le sud de la France! Très divertissant.
– C.P.

Excellent texte! Belle discussion entre 3 hommes qui voudraient bien reprendre leur liberté. J’ai vraiment aimé la musique. Les 3 comédiens étaient super.
– N.L.

Amusante et attendrissante à la fois.
– G.P.

Très bon jeux d’acteurs. Superbe mise en scene également un vrai coup de coeur. »
– A.K.

Une pièce pleine de rêves et de goût de vivre pour des personnes qui se retrouvent isolées en fin de vie. Très appréciée!
– L.T.

D’excellents acteurs qui gardent le tempo et une fin qui donne envie à tous de partir et suivre les bernaches. Tout est dans l’imaginaire, fantastique. Beau décor et belle musique.
– C.D.

Pièce toute en douceur et d’un humanisme à fleur de peau.  Les comédiens jouaient formidablement justes.  Le décor est d’une beauté saisissante. L’arbre est majestueux.  En un mot : BRAVO !
– R.D.

Nous avons adoré ce spectacle qui nous a fait beaucoup rire. Certains des personnages nous rappelaient des gens de notre entourage, ce qui était encore plus drôle.
– J.M.

Très belle soirée. À voir absolument.
Y.L

Les comédiens défendaient bien leurs personnages. Décor majestueux.
N.B.

Excellente pièce!
L.G.

Excellent! Sujet sérieux traité avec humour.
 D.L.

Comédiens excellents, décors à couper le souffle !
  G.L.

J’ai adoré cette pièce, l’interprétation des comédiens m’a ravi du début jusqu’à la fin.
  D.L.

J’ai aimé les personnages, les caractéristiques de chacun qui étaient bien rendus par les comédiens.  Des moments drôles, émouvants…  Une étoile spéciale à Guy Mignault et au décor.
  M.C.

Bon spectacle, les comédiens sont très bons.
  F.M.

À revoir! Magnifique, relaxant, etc. Nous avons adoré.
  G.R.

Très belle soirée de théâtre : rigolote, émouvante et charmante. Les comédiens sont très attachants.
   J.B.

Beau spectacle, parfois ludique, qui nous fait oublier la tristesse de ces héros.
  E.S.

J’ai ri, j’ai été touchée, émue… Quelle belle pièce! J’ai adoré qu’elle mette en vedette des thèmes et des personnages qui sont trop peu abordés en général.
  L.C.

Les personnages intégraient bien leurs rôles respectifs,  et ce, avec un naturel professionnel. J’ai apprécié grandement et je le recommande. Merci à tous les maîtres d’œuvre.
  G.L.

Beaucoup aimé, très agréable et divertissant.
  L.V.

C’était un agréable moment.
  D.B.

Beau spectacle que je recommande fortement.
  C.C.

On n’a pas vu le temps passer tellement c’était intéressant.
  M.P.

Un décor magnifique et des comédiens talentueux.
  F.B.

Très belle et bonne pièce de théâtre…  C’était léger, drôle, et les comédiens étaient extraordinaires. J’ai beaucoup aimé.
  S.B.

Un texte très intéressant avec des rebondissements inattendus interprétés avec subtilité laissant  imaginer ce que les protagonistes avaient été avant.
  C.

Excellent et drôle. Les rêves gardent en vie.
  N.C.

J’ai goûté chaque instant de cette pièce qui m’a fait sourire, rire parfois et m’a émue souvent. Bouleversante d’humanité.
  H.D.

Pièce vraiment très intéressante soutenue par de merveilleux comédiens.
  A.G.

Nous avons beaucoup apprécié. Quel bonheur de voir la complicité entre les trois comédiens. Le décor était magnifique!
  C.R.

Très bonne idée que d’avoir présenté cette pièce qui traite d’un sujet trop peu abordé. Elle nous apporte en même temps que du plaisir une réflexion sur ces gens qui se sont battus pour nous et qui sont malheureusement oubliés trop souvent. Elle nous ramène aussi à nos personnes âgées qui sont dans le cas. Merci pour cette belle soirée.
  G.G.

Super, casting idéal, décor fabuleux.
  F.D.

Une pièce magnifiquement écrite, jouée par des comédiens extraordinaires. J’ai été charmé, transporté et ému. La mise en scène est sublime. Les décors et éclairages sont magnifiques. Merci pour ces moments d’exaltation.
  A.B.