INFO-DUCEPPE

POUR ÊTRE INFORMÉ DE NOS ACTIVITÉS

Très chère Mathilde

d’Israel Horovitz
mise en scène de Daniel Roussel

Mathilde Giffard a 92 ans. C’est une femme charmante, intelligente, rusée et très déterminée.

Elle vit à Paris dans un appartement vieillot avec sa fille Chloé, une femme étrange, institutrice sévère qui a toujours caché ses émotions.

Tout va basculer dans la vie de ces deux femmes quand Mathias Gold fera son entrée dans cet univers clos.

Écrivain américain sans le sou, Mathias débarque à Paris avec l’intention de commencer une nouvelle vie en vendant l’appartement dont il vient d’hériter de son père. Mais voilà qu’il découvre avec stupéfaction que son père lui a légué, en même temps que l’appartement, les deux personnes qui ont le droit d’y résider à perpétuité, et qui n’ont nullement l’intention de le céder.

Les trois personnages découvriront comment, en une seule semaine, la vie peut changer radicalement au fur et à mesure que les secrets de famille seront dévoilés.

Très chère Mathilde, une œuvre dramatique à la fois drôle, passionnante et émouvante où les thèmes de la compassion, du pardon et du deuil se marient de main de maître.

Décor: John C. Dinning
Costumes: François Barbeau
Éclairages: Claude Accolas
Musique: Christian Thomas
Accessoires: Normand Blais
Assistance à la mise en scène: Elaine Normandeau

Voir le programme de cette pièce

avec Béatrice Picard, Bruce Dinsmore, Marthe Turgeon

Texte

Israel Horovitz

Né à Wakefield au Massachusetts en 1939, Israel Horovitz a 17 ans lorsque sa première pièce,The Comeback, est créée à Boston. Depuis, il a écrit plus de 50 pièces qui ont été traduites en une trentaine de langues et jouées à travers le monde. Il est aussi l'auteur de nombreux scénarios pour le cinéma et la télévision. De 1961 à 1963, il étudie au Royal Academy of Dramatic Art. En 1965, il est à Londres en tant qu’auteur en résidence à la Royal Shakespeare Company. Durant la saison 1967-1968, il débute à New York et connaît un immense succès avec quatre pièces créées en six mois : The Indian Wants The Bronxavec Al Pacino, It’s Called the Sugar Plum avec Marsha Mason, Rats avec Scott Glenn et Line avec Richard Dreyfuss lors de la création à New York, pièce présentée sans arrêt off-Broadway depuis vingt-cinq ans. Parmi ses autres pièces, on peut citer The Wakefield Plays, Captains and Courage, Lebensraum,Stations of the Cross (créée en 1999, avec Horovitz dans le rôle principal) et un cycle de sept pièces situées dans le Massachusetts : Hopscotch, Stage Directions, The 75th, Alfred The Great, Our Father's Failing, Alfred Dies et Spared. En 2002, sa pièce My Old Lady (Très chère Mathilde) est créée au Gloucester Stage Company en 2002, avant d’être présentée à New York, au Promenade Theatre, quelques mois plus tard. Pour le cinéma, Horovitz a rédigé de nombreux scénarios, dont The Strawberry Statement, qui a remporté le prix du Jury au Festival de Cannes en 1974, Believe In Me, Author! Author!, en 1985, qui mettait en vedette Al Pacino et A Man in Love paru en 1987, adapté de son roman Cappella écrit en 1973. Au cours des dernières années, il a également écrit les scénarios du téléfilm James Dean, une nouvelle version de A Star Is Born et Sunshine, qui lui a valu l’European Academy Award pour le meilleur scénario. Il travaille actuellement à l’adaptation pour le cinéma de sa pièce Park Your Car In Harvard Yard que la Compagnie Jean Duceppe présentait au cours de la saison 1991-1992 sous le titre L’Examen de passage. La contribution d’Israel Horovitz au développement des arts doit aussi être soulignée. Ainsi, il est le fondateur et le directeur artistique de la Gloucester Stage Company et du New York Playwrights Lab, membre fondateur du O’Neill Memorial Theatre Foundation, membre de l’Actor’s Studio et du New Dramatists Committee. Détenteur d’une maîtrise en littérature de la City University of New York et d’un doctorat honorifique du Salem State College (Massachusetts), il a été professeur à la City University of New York, à l’Université de New York, à la Brandeis University et à Waltham. Il enseigne actuellement à l’Université Columbia. Parmi les nombreux prix et distinctions qui lui ont été décernés, notons deux OBIE Award, un Emmy Award, le Drama Desk Award, un prix en littérature décerné par l’American Academy of Arts and Letters et le Elliot Norton Prize. Il vient de terminer deux scénarios, The Little Shock et The Perfect Marriage ainsi qu’une pièce The Secret if Mme Bonnard’s Bath qui sera créée en août prochain. Israel Horovitz est sans contredit l’un des auteurs dramatiques américains les plus prolifiques et les plus talentueux de notre temps.

Mise en scène

Daniel Roussel

Comédien, metteur en scène, réalisateur, traducteur et, au cours des ans, professeur à l'École nationale de théâtre, à l'option théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, à celle de Lionel-Groulx ainsi qu'au Conservatoire d'art dramatique de Montréal, Daniel Roussel signe sa première mise en scène en 1971. Près de quarante ans plus tard, il en a plus de 90 à son palmarès, tant ici au Québec qu’en France, lui qui a fait la navette entre le pays qui l’a vu naître et sa terre d’adoption : le Québec. Après avoir suivi les cours du Centre national d’art dramatique à Paris ainsi que ceux du New York University, Daniel Roussel réalise de nombreuses mises en scène à Paris, à New York, à Los Angeles et à Montréal. À Paris, au Théâtre Marigny, il met en scène deux œuvres d’Eric-Emmanuel Schmitt : Le Visiteur etHôtel des deux mondes; au Théâtre de Paris : Madame Doubtfire; au Théâtre du Palais-Royal : Poste restante de Noel Coward; au Théâtre des Champs Elysées : Virage d'Alain Teulié et au Petit Théâtre de Paris : Being at home with Claude de René-Daniel Dubois. À Montréal, il met en scène des œuvres de Marguerite Duras, de Jean-Claude Brisville, de René de Obaldia et de Paul Claudel au Café de la Place. Au Rideau Vert, il monte Feydeau, Gabriel Arout, Ionesco et Paul Claudel; au Théâtre du Nouveau Monde : Labiche, Molière, Shakespeare, Eric-Emmanuel Schmitt; au Quat’Sous : Mishima, Ionesco et René-Daniel Dubois (Being at home with Claude). Le Théâtre d’Aujourd’hui lui doit Le facteur réalité de René Gingras, le Centaur, PIAF et The Visitor et le Leanor and Alvin Segal Theatre, My Old Lady. Chez Duceppe, il signe plusieurs mises en scène marquantes. Signalons ici P’pa, Gin Game, Ciel de lit, Bonne nuit m’man, En première page, Mort accidentelle d’un anarchiste, Le Printemps, monsieur Deslauriers, Délicate Balance, C’est ma vie, Très chère Mathilde et Equus au printemps 2008. « Je ne suis pas un homme à suivre un plan de carrière » nous confie-t-il. « Je préfère penser qu’il y a toujours un effet d’entraînement du fait de la disponibilité et du désir des autres. » Daniel Roussel, c’est le plaisir et le bonheur de faire ce qu’on aime avec des collaborateurs qu'on aime et de le faire pour le plaisir des spectateurs.

Critiques et commentaires

« … une pièce où substance et divertissement font bon ménage. Le seul jeu de Béatrice Picard, vive et nuancée […] vaut une visite chez Duceppe. »
La Presse

« Forte et lumineuse Béatrice Picard […] Daniel Roussel a usé de génie en faisant ressortir le clivage entre les deux générations… »
Le Journal de Montréal

« Béatrice Picard […] est solide. Une performance admirable. Ça vaut le déplacement.»
Samedi et rien d’autre, Première Chaîne

«… un superbe spectable… »
The Gazette

« … de très très bons comédiens. »
C’est bien meilleur le matin, Première Chaîne