INFO-DUCEPPE

POUR ÊTRE INFORMÉ DE NOS ACTIVITÉS

Minuit Chrétien

de Tilly
mise en scène de René Richard Cyr

Une veille de Noël, dans une petite ville. Portrait de famille, avec huîtres, foie gras, dinde, bûche, le tout arrosé de champagne et de bons vins.

Tout commence dans la bonne humeur et la joie.

Réveillon. Repas de famille. Nous avons tous connu la chose.

Toute la famille est réunie : les parents qui reçoivent, les enfants avec leurs conjoints, le fils pas marié, la meilleure amie esseulée, la grand-mère confuse, égarée et qui ignore qu’elle se retrouvera dans une résidence pour personnes âgées entre Noël et le jour de l’An.

Mais on avait oublié de parler de la situation de la grand-mère à un des membres de la famille… et lui, décidera de sortir du placard en cette « belle nuit de Noël ».

Et voilà que la fête va tourner au vinaigre!

La famille pourra-t-elle survivre?

Minuit chrétien, une œuvre grinçante, une variation inédite sur le thème de « l’heure solennelle ».

Décor : Réal Benoît
Costumes : Anne Duceppe
Éclairages : Martin Labrecque
Bande sonore : Harold Bergeron
Accessoires : Normand Blais

avec Adèle Reinhardt, Anne-Élisabeth Bossé, Bobby Beshro, Chantal Baril, Émilie Bibeau, Gilles Renaud, Michèle Deslauriers, Monique Spaziani, Vincent-Guillaume Otis, Yves Amyot

Texte

Tilly

D’origine bretonne, Tilly, pseudonyme de François-Louis Tilly, est né en 1946 dans la région de Belle-Isle-en-Terre. Réalisateur, dramaturge et metteur en scène, c’est d’abord au métier de comédien qu’aspirait Tilly. À l’âge de vingt-deux ans, il fait son entrée à Paris et se trouve rapidement du travail sur les plateaux de tournage. Il tient notamment le rôle d’Horace Bianchon dans le téléfilm Le père Goriot produit en 1970, une adaptation du célèbre roman d’Honoré de Balzac. Il tourne également dans La Montée, un film de Jacques Krier qui raconte l’histoire du jeune Edmond, dont le rêve est d’habiter Paris mais qui, en raison des évènements de mai 1968, réfléchit plutôt à la condition sociale des étudiants. De plus, dans les années 70, il joue sous la direction du réalisateur français Jean-Pierre Bastid dans le long-métrage Les petits enfants d’Attila ainsi que, de nouveau, sous celle de Jacques Krier dans Pays. Au théâtre, il joue dans les pièces Les Cenci d’Antonin Artaud et Noces de sang de Frederico Garcia Lorca.Ce n’est que beaucoup plus tard, soit en 1992, que Tilly signera son premier long-métrage à titre de cinéaste et d’auteur. Le très acclamé Loin du Brésil, mené par les actrices Emmanuelle Riva, Jenny Clève et Alexandra Kazan, est une comédie dramatique relatant la vie de Juliette, une sexagénaire bien nantie qui habite la côte normande et qui, après avoir été abandonnée par son mari parti vivre au Brésil, vit des aventures sans lendemain. Au fil d’un dialogue rythmé, intelligent et particulièrement satirique, Tilly trace le portrait d’une femme blessée et touchante. Loin du Brésil remporte le prix PROCIREP du Festival de Namur, le Prix de la première œuvre au Festival de Florence, le Grand Prix de la création des Glaces Gervais et le Prix du public au Festival de la Ciotat.À titre d’auteur dramatique, Tilly entame sa carrière dès 1978. « Si j’avais été un bon acteur, on l’aurait su. L’écriture théâtrale me procurait davantage de plaisir » confiait-il. Sa première œuvre,Charcuterie fine, raconte l’histoire de deux parents charcutiers aux prises avec un fils qui n’emprunte pas le chemin prévu. Inspirée d’un fait divers, la pièce est d’abord créée en 1980 par le metteur en scène Michel Hermon au Théâtre de la Tempête à la Cartoucherie de Vincennes. Elle sera ensuite reprise en 1994 dans une mise en scène de Tilly, au Théâtre Vidy-Lausanne. Charcuterie fine est suivie de la pièce Spaghetti Bolognese, écrite en 1982 et montée une fois de plus par le fidèle collaborateur de Tilly, Michel Hermon, au Théâtre Gérard Philipe. La revue L’avant-scène théâtre publie d’ailleurs ces deux premières pièces dans un de ses numéros de l’année 1982. Suivront les pièces Les Trompettes de la mort, une œuvre fine traitant de la solitude dans la cité moderne qui fut présentée, entre autres, à Montréal, au Café de la Place, dans une mise en scène de Marie Laberge, La Maison des Jeanne et de la culture, qui met en scène le face-à-face entre trois actrices où « les mots, comme des gifles, claquent sur leurs amours et leurs rêves jusqu’à l’épuisement de toutes leurs illusions. » et Ya bon bamboula, créée au Festival d’Avignon en 1987. Tilly assure la mise en scène de ces trois pièces.On doit également à l’artiste l’adaptation et la mise en scène de la pièce Hammerklavier de Yasmina Reza et des Monologues du vagin d’Eve Ensler. Il dirige également une production d'À la folie pas du tout d’Edward Albee. Pour la télévision, il écrit le scénario de Family Hotel. Par la suite, il signeraMinuit chrétien, une comédie grinçante que DUCEPPE met à l’affiche cette saison ainsi que La Roue de l’infortune et L’Amour est de la revue.L’œuvre dramaturgique de Tilly est aujourd’hui traduite dans une vingtaine de langues et éditée dans plusieurs pays. DUCEPPE vous propose de découvrir Minuit chrétien dans une adaptation de René Richard Cyr.

Mise en scène

René Richard Cyr

Metteur en scène, comédien, auteur, réalisateur et animateur, René Richard Cyr est un homme de théâtre complet, un homme de spectacle passionné. Il a de nombreuses fois conquis les spectateurs de DUCEPPE avec ses mises en scène inspirées. Pensons à notamment Soudain l’été dernier de Tennessee Williams, À toi, pour toujours, ta Marie-Lou et Le vrai monde ? de Michel Tremblay, 24 poses (portraits), Les bonbons qui sauvent la vie, et Excuse-moi de Serge Boucher, Amadeus de Peter Shaffer et, finalement, Minuit Chrétien de Tilly en 2011. Il est enfin de retour cette saison avec l’adaptation du texte et la direction de l’impressionnante distribution de Disparu.e.s de Tracy Letts.
René Richard Cyr est derrière de nombreuses autres productions théâtrales marquantes, dirigeant des œuvres d’ici et d’ailleurs, de Molière à Brecht, de Michel Marc Bouchard à René Daniel Dubois. Il a également assuré la direction artistique de divers spectacles musicaux, notamment de Diane Dufresne et Céline Dion. Il a créé, avec Dominic Champagne, Zumanity, le cabaret érotique du Cirque du Soleil présenté à Las Vegas depuis 2003, en plus de signer la mise en scène de quelques grands opéras, parmi lesquels Don Giovanni de Mozart et Macbeth de Verdi produit à Montréal, Melbourne et au prestigieux Opéra de Sydney. En 2010, il concevait l’adaptation et la mise en scène de Belles-Sœurs, le théâtre musical et, en 2013, Le Chant de Sainte Carmen de la Main était créé.
Récemment, il a dirigé au TNM Caligula et Demain matin, Montréal m’attend — qui lui valait pour la cinquième fois le Félix du metteur en scène de l’année décerné par l’ADISQ — ainsi que les nouveaux spectacles de Luc Langevin et Fred Pellerin avec l’OSM, Les jours de la semelle.
René Richard Cyr fut directeur artistique et codirecteur général du Théâtre d’Aujourd’hui de 1998 à 2004. Il a également assuré la codirection artistique du Théâtre PÀP de 1981 à 1998.
Photo : Julie Perreault

Entrevues

Critiques et commentaires

« … Duceppe va frapper fort avec ce spectacle… une distribution absolument brillante… L’adaptation est parfaite… Gilles Renaud est exceptionnel… »
Je l’ai vu à la radio, Première Chaîne

« … Gilles Renaud nous offre tout un numéro d’acteur… Ils sont dix bons comédiens… mis en scène avec brio par René Richard Cyr. »
Pourquoi pas dimanche, Première Chaîne

« C’est bon… C’est très drôle… Allez voir ça… »
Puisqu’il faut se lever, 98,5 FM

« Une farce grinçante… très bons acteurs… une réunion de famille qu’on ne veut pas manquer. »
Le Téléjournal 18 h, SRC

« … Les comédiens sont vraiment bien dirigés par René Richard Cyr qui fait une mise en scène vraiment solide… »
C’est bien meilleur le matin, Première Chaîne

« … La distribution se révèle d’une brillante justesse… une occasion idéale pour rire de nos travers… »
montheatre.qc.ca

« … une mise en scène et une adaptation digne de mention. »
www.canoe.com

« Voilà une belle matière pour une grinçante comédie où chacun parfois rit jaune en reconnaissant quelques parcelles de réalité… C’est un divertissement parfaitement agréable et intelligent. »
lequatrieme.com