INFO-DUCEPPE

POUR ÊTRE INFORMÉ DE NOS ACTIVITÉS

Equus

de Peter Shaffer
mise en scène de Daniel Roussel

Qu’est-ce qui a poussé Alan Strang, 17 ans, à crever les yeux de six chevaux dans l’écurie où il était employé?

Pourquoi tuer ce qu’on aime le plus au monde?

Un psychiatre, le docteur Dysart, va tenter par tous les moyens d’élucider le mystère qui entoure l’acte terrible posé par le garçon pour qui, étrangement, le cheval est un animal qu’il a en adoration.

S’engage alors un duel passionné et passionnant dominé par la figure fantasmatique d’Equus, le dieu-cheval dont Alan a fait son maître et son esclave.

Cette œuvre, inspirée d’un fait divers authentique et encore inexpliqué, est construite comme un roman policier où les morceaux du puzzle se mettent lentement en place.

Entre Dysart et le jeune Alan s’établit une étrange relation où se confrontent deux visions du monde. Le psychiatre réussira-t-il à résoudre cette extraordinaire énigme?

Equus, une pièce fabuleuse, onirique, fantastique et envoûtante où la raison et le sens commun s’effritent devant les profondeurs insondables de l’âme humaine.

Voir le programme de cette pièce

avec Éric Bruneau, Éric Cabana, Eve Gadouas, Germain Houde, Guy Nadon, Louise Laprade, Micheline Bernard, Michelle Labonté, Raymond Legault

Texte

Peter Shaffer

Afin d’écrire Amadeus, Peter Shaffer s’est inspiré de Mozart et Salieri, une pièce en un acte d’Alexandre Sergueïevitch Pouchkine qui vécut en Russie de 1799 à 1837 et qui est considéré comme le père de la littérature russe. Le titre de la pièce réfère au nom que Mozart utilisait fréquemment lorsqu’il signait ses œuvres, lui qui s’appelait en réalité Johannes Chrysostomus Wolfgang Theophilus Mozart. Amadeus est une latinisation du grec Theophilus, que Mozart traduisait par Gottlieb, en allemand. Ces trois noms signifient « le bien-aimé de Dieu ». De là la décision de Shaffer d’intituler sa pièce Amadeus, en référence à la relation de Salieri avec Dieu et à sa conviction que la musique de Mozart était un don divin. Amadeus est créée à Londres, au Olivier Theatre, dans une production du London’s National Theatre Company, en décembre 1979, avec Paul Scofield dans le rôle de Salieri et Simon Callow dans celui de Mozart, et vaut à Peter Shaffer l’Evening Standard Drama Award et le Theatre Critics Award. En 1980, la pièce, mettant cette fois en vedette Ian McKellen dans le rôle de Salieri et Tim Curry dans celui de Mozart, est présentée à Broadway à plus de 1000 reprises. L’auteur remporte alors le Tony Award de la meilleure pièce. En 1984, cette œuvre est adaptée pour le cinéma par Milos Forman, en collaboration avec Peter Shaffer pour l’écriture du scénario, avec Frank Murray Abraham et Tom Hulce dans les rôles principaux. Le film est mis en nomination pour 53 prix et en remporte 40, incluant 8 Oscar, dont celui du meilleur film et du meilleur scénario, 4 BAFTA Award et 4 Golden Globe Award. Peter Shaffer est né à Liverpool, le 15 mai 1926, dans une famille d’origine juive. Après avoir étudié l’histoire à l’Université Cambridge, il pratique plusieurs métiers, dont ceux de mineur, commis de librairie et assistant à la bibliothèque publique de New York. The Salt Land, sa première pièce, est écrite en 1951 et produite par la BBC en 1955. Encouragé par le succès qu’elle remporte, Shaffer continue d’écrire et assure sa réputation en 1958 avec sa nouvelle pièce Five Finger Exercise, créée à Londres dans une mise en scène de John Gielgud. La pièce remporte l’Evening Standard Drama Award. Présentée à New York l’année suivante, elle lui vaut cette fois le Drama Critics Circle Award. Cette pièce est adaptée pour le cinéma en 1962. Au cours des douze années suivantes, il écrit huit pièces de théâtre: The Private Ear et The Public Eye(1962), The Establishment (1963), The Merry Roosters Panto (1963), The Royal Hunt of the Sun (1964) sur la conquête du Pérou par les Espagnols et qui sera adaptée pour le cinéma en 1969, Black Comedy/White Lies (1967) et The Battle of Shrivings (1970). En 1973, Equus, créée par le National Theatre lui vaut le Tony Award de la meilleure pièce et le New York Drama Critics Circle Award. Par la suite, la pièce est jouée à plus 1200 reprises à Broadway. En 1977, Shaffer l’adapte pour le cinéma. Le film met en vedette Richard Burton et Peter Firth. À l’hiver 2007, cette pièce était présentée au Gielgud Theatre, dans le West End de Londres, avec entre autres Daniel Radcliffe, le célèbre interprète du personnage de Harry Potter au cinéma et, en 2008, chez Duceppe dans une mise en scène de Daniel Roussel avec, entre autres, Guy Nadon et Éric Bruneau. Parmi les autres œuvres théâtrales de Peter Shaffer, mentionnons Yonadab, créée en décembre 1985 au National Theatre, Lettice and Lovage, créée en 1987 et écrite pour Maggie Smith, Whom Do I Have the Honour of Addressing? présentée à la radio en 1990, puis au Chichester Festival Theatre et en tournée et The Gift of the Gorgon en 1992, avec Judi Dench dans le rôle principal. En 1992, Peter Shaffer reçoit le William Inge Award pour son apport remarquable au théâtre américain. En 1994, il est professeur invité en théâtre contemporain à l'Université d'Oxford. En 2001, la reine Elizabeth II le fait chevalier. Conférencier invité un peu partout dans le monde, Peter Shaffer vit en alternance à Londres et à New York. Il poursuit inlassablement son travail d’écriture et prépare actuellement deux nouvelles pièces. Passionné de musique classique et pianiste de grand talent, il travaille à un projet de biographie de Tchaïkovski.

Mise en scène

Daniel Roussel

Comédien, metteur en scène, réalisateur, traducteur et, au cours des ans, professeur à l'École nationale de théâtre, à l'option théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, à celle de Lionel-Groulx ainsi qu'au Conservatoire d'art dramatique de Montréal, Daniel Roussel signe sa première mise en scène en 1971. Près de quarante ans plus tard, il en a plus de 90 à son palmarès, tant ici au Québec qu’en France, lui qui a fait la navette entre le pays qui l’a vu naître et sa terre d’adoption : le Québec. Après avoir suivi les cours du Centre national d’art dramatique à Paris ainsi que ceux du New York University, Daniel Roussel réalise de nombreuses mises en scène à Paris, à New York, à Los Angeles et à Montréal. À Paris, au Théâtre Marigny, il met en scène deux œuvres d’Eric-Emmanuel Schmitt : Le Visiteur etHôtel des deux mondes; au Théâtre de Paris : Madame Doubtfire; au Théâtre du Palais-Royal : Poste restante de Noel Coward; au Théâtre des Champs Elysées : Virage d'Alain Teulié et au Petit Théâtre de Paris : Being at home with Claude de René-Daniel Dubois. À Montréal, il met en scène des œuvres de Marguerite Duras, de Jean-Claude Brisville, de René de Obaldia et de Paul Claudel au Café de la Place. Au Rideau Vert, il monte Feydeau, Gabriel Arout, Ionesco et Paul Claudel; au Théâtre du Nouveau Monde : Labiche, Molière, Shakespeare, Eric-Emmanuel Schmitt; au Quat’Sous : Mishima, Ionesco et René-Daniel Dubois (Being at home with Claude). Le Théâtre d’Aujourd’hui lui doit Le facteur réalité de René Gingras, le Centaur, PIAF et The Visitor et le Leanor and Alvin Segal Theatre, My Old Lady. Chez Duceppe, il signe plusieurs mises en scène marquantes. Signalons ici P’pa, Gin Game, Ciel de lit, Bonne nuit m’man, En première page, Mort accidentelle d’un anarchiste, Le Printemps, monsieur Deslauriers, Délicate Balance, C’est ma vie, Très chère Mathilde et Equus au printemps 2008. « Je ne suis pas un homme à suivre un plan de carrière » nous confie-t-il. « Je préfère penser qu’il y a toujours un effet d’entraînement du fait de la disponibilité et du désir des autres. » Daniel Roussel, c’est le plaisir et le bonheur de faire ce qu’on aime avec des collaborateurs qu'on aime et de le faire pour le plaisir des spectateurs.

Critiques et commentaires

Les prix…

Tony Award de la meilleure pièce
New York Drama Critics Circle Award

La critique…

« Rarement a-t-on vu une oeuvre contemporaine explorer un sujet avec autant de profondeur. Lorsque la pièce Equus de Peter Shaffer fut créée à Londres, au National Theatre, son impact s’avéra sans précédent. Ce fut la nouvelle pièce dont on parla le plus. »
THE SUNDAY TIMES

« C’est assurément l’une des pièces les plus émouvantes jamais écrites. »
DAILY EXPRESS

« Equus est un événement théâtral excitant et extraordinaire. »
THE GUARDIAN

« Peter Shaffer est un authentique créateur d’images qui argumente à travers elles. Des images si puissantes qu’elles s’impriment en vous pour longtemps. »
THE OBSERVER


La critique…

« Éric Bruneau et Guy Nadon défendent avec brio leurs rôles… texte puissant… Equus reste aussi percutante qu’à l’origine… La mise en scène de Daniel Roussel permet au texte d’exploser en plusieurs pistes d’interprétation… Soulignons la justesse du jeu brut d’Éric Bruneau (…) Ses yeux de bête égarée, sa beauté sauvage et sa dégaine de rebelle servent avantageusement ce personnage insaisissable… Guy Nadon est grave et intense dans le rôle du psychiatre… très grande beauté du texte de Shaffer… »
La Presse

« J’ai adoré cette pièce… C’est époustouflant… Guy Nadon (…) qui est très juste, qui est excellent, qui est attachant… Éric Bruneau est très juste… Tous les acteurs sont franchement très bons… »
C’est bien meilleur le matin, Première Chaîne

« … C’est littéralement un duel… un texte magnifique (…) extrêmement fort et dense… »
Je l’ai vu à la radio, Première Chaîne

« … Guy Nadon (…) qui mène le jeu… Éric Bruneau (…) son jeu est tellement juste… une bonne distribution, une grande pièce à voir et à revoir… »
Samedi et rien d’autre, Première Chaîne

« … triomphe du comédien Guy Nadon (…) il est génial… Ceux qui ne sont pas allés au théâtre depuis un an, deux ans, courez (…) voir la pièce… Éric Bruneau est excellent… Guy Nadon joue (…) de façon inoubliable… C’est la pièce de l’année… »
Puisqu’il faut se lever, 98,5 FM

« Guy Nadon et Éric Bruneau offrent de remarquables performances d’interprétation dans la percutante pièce Equus… cette magistrale pièce ne laisse aucun spectateur indifférent, en plus de l’habiter durant des jours. Le propos est percutant et certaines scènes sont d’une intensité rarement vue au théâtre… Éric Bruneau (…) une véritable révélation… Guy Nadon est remarquable. Rien de moins… Une grande œuvre théâtrale. »
Échos Vedettes

Le public…

« MAGISTRAL! Dire que j’ai aimé cette pièce serait un affligeant euphémisme. Bruneau et Nadon explosent de talent et de vérité. Quelle prestation extraordinaire! Bravo à Roussel pour sa mise en scène sobre mais d’une percutante efficacité, avec des enchaînements spectaculaires et justes. Mon coup de cœur des 10 dernières années… BRAVO, BRAVO, BRAVO! »
S. Cotineau

« Une pièce intense magnifiquement jouée dans une mise en scène intelligente. Quelle belle soirée! Quelle belle saison… »
M. Lemaître-Auger

« Seuls de grands acteurs peuvent jouer avec autant d’intensité. Performance soutenue extraordinaire! Bravo à tous les comédiens! »
L. Rivest

« Guy Nadon, quel plaisir de le voir sur scène. Un grand acteur et le jeune Éric Bruneau, une belle découverte. Une pièce à revoir pour les acteurs et l’écriture. »
A. Moranville

« Interprétation magistrale de Guy Nadon et quelle formidable équipe d’acteurs. Décor très intéressant, les panneaux vitrés qui deviennent transparents et tantôt servent d’écrans géants (quelle idées de génie). Les deux Éric (Bruneau et Cabana) sont attachants et tous les autres personnages sont directs. J’aime aussi le carrousel tournant qui prend effet de bureau, de salle, de salon. Vraiment un thème qui me plait : le fait de comprendre les gens qui agissent difficilement et surtout un psy qui va jusqu’au bout pour dénouer l’impasse. »
N. Larue

« J’ai adoré cette pièce de théâtre. J’ai eu le plaisir d’assister à cette représentation jouée par des acteurs de très grand talent. Bravo à tous! P.S. J’ai aimé la saison au complet… »
F. Couturier

« D’une intensité remarquable. Bravo à tous! »
Linda

« Excellent! Que dire de plus? Excellent jeu, très bonne mise en scène et magnifiques décors. Merci! »
anonyme

« Quelle performance! On ne peut voir cette pièce si majestueusement jouée, sans en être bouleversée. Le message reste imprégné. Encore bravo. »
anonyme

 

Partenaire de production

Partenaire de la pièce