INFO-DUCEPPE

POUR ÊTRE INFORMÉ DE NOS ACTIVITÉS

C’est ma vie

de Brian Clark
mise en scène de Daniel Roussel

Carl Gauthier est un jeune homme intelligent et un artiste sculpteur plein de talent qui a toujours vécu sa vie comme il l’entendait… mais…

Un terrible accident de voiture va tout à coup l’obliger à affronter un avenir où il sera pour toujours dépendant de tous ceux qui l’entourent.

Carl est paralysé, cloué sur un lit d’hôpital et condamné à mener une existence végétative.

Alors qu’il ne lui reste que son intelligence encore vive et acérée, va-t-il accepter de se soumettre docilement à son sort?

Carl décide de mourir. Il exige qu’on respecte sa décision car, après tout, il s’agit bien de sa vie.

Devant le refus des autorités médicales, Ken décide de recourir à la justice. S’ensuivra un procès captivant sur l’euthanasie et le droit de tout être humain de finir sa vie dans la dignité.

C’est ma vie, une œuvre remplie d’amour, d’humour et de compassion qui place l’individu au cœur d’un débat profondément humain et complexe.

La controverse est ouverte.

Avons-nous le droit de choisir comment nous entendons vivre et quand nous allons mourir?

Voir le programme de cette pièce

avec Annette Garant, François Papineau, Frédéric Pierre, Jennie-Anne Walker, Louise DesChâtelets, Marc Legault, Markita Boies, Mélanie Roy, Michel Dumont, Paul Doucet

Texte

Brian Clark

Né en 1932, à Bournemouth, en Angleterre, Brian Clark avait déjà écrit cinq pièces de théâtre, soit Post Mortem, Campion’s Interview, Truth or Dare, Lay By et England’s Ireland, ces deux dernières à titre de coauteur, avant que n’arrive la renommée avec Whose Life Is It Anyway? (C’est ma vie). D’abord produit pour la télévision britannique, Whose Life Is It Anyway? est présenté en grande première au Mermaid Theatre de Londres le 6 juin 1978. Le succès est tel et le public accourt en si grand nombre que la production est transférée au Savoy Theatre dès le 13 juin suivant. En avril 1979, la production est présentée à Broadway. Ce printemps-là, une version féminine de la pièce est également produite à Broadway, avec Mary Tyler Moore dans le rôle principal. Whose Life Is It Anyway? a été traduit dans de nombreuses langues et est joué régulièrement, un peu partout dans le monde depuis sa création. Cette pièce de Brian Clark a remporté plusieurs prix, dont le Society of West End Theatre Award pour la meilleure pièce de 1978, le Evening Standard Drama Award pour l’auteur le plus prometteur, le Plays and Players Award pour la meilleure pièce en 1978, le New York Best Actor Award remis au comédien Tom Conti et le Special Tony Award remis à la comédienne Mary Tyler Moore. En 1981, le réalisateur John Badham tourne la version cinématographique de Whose Life Is It Anyway?avec Richard Dreyfuss dans le rôle principal. De janvier à avril 2005, une nouvelle production de la pièce est présentée au Comedy Theatre de Londres. Elle met en vedette la comédienne Kim Cattrall. Le 23 mai 1979, une nouvelle pièce Brian Clark, Can You Hear Me At The Back?, créée au Piccadilly Theatre de Londres, vient confirmer son immense talent. Par la suite, l’auteur écrit un spectacle solo intitulé Kipling, produit par le Mermaid Theatre en 1984. Cette pièce sera ensuite présentée à la télévision. La pièce The Petition suit en 1986. Présentée sur Broadway et mettant en vedette Jessica Tandy et Hume Cronyn, elle est ensuite reprise au National Theatre de Londres la même année, puis au West End Theatre en 1987. La pièce sera également montée en Scandinavie, en Australie, en Allemagne, en Espagne et au Brésil. En octobre 1990, Hopping to Byzantium, coécrit avec Kathy Levin, est créé à Osnabruck, en Allemagne de l’Ouest. En février 2001, sa plus récente pièce, In Pursuit of Eve, dans laquelle il joue également, est créée au King’s Head Theatre d’Islington, en Angleterre. Pour la télévision, Brian Clark a écrit de nombreux scénarios, dont celui de la populaire série Telford’s Change présentée à la BBC et qui a remporté le BAFTA Shell International TV Award en 1979. Le cinéma lui doit également, outre le scénario de Whose Life Is It Anyway? celui de Nostradamus, tourné en 1994. Rappelons enfin qu’en 1980, le Théâtre du Nouveau Monde présentait Whose Life Is It Anyway? sous le titre Quelle Vie?, dans une mise en scène de Jean-Louis Roux, avec Jean Besré dans le rôle principal.

Mise en scène

Daniel Roussel

Comédien, metteur en scène, réalisateur, traducteur et, au cours des ans, professeur à l'École nationale de théâtre, à l'option théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, à celle de Lionel-Groulx ainsi qu'au Conservatoire d'art dramatique de Montréal, Daniel Roussel signe sa première mise en scène en 1971. Près de quarante ans plus tard, il en a plus de 90 à son palmarès, tant ici au Québec qu’en France, lui qui a fait la navette entre le pays qui l’a vu naître et sa terre d’adoption : le Québec. Après avoir suivi les cours du Centre national d’art dramatique à Paris ainsi que ceux du New York University, Daniel Roussel réalise de nombreuses mises en scène à Paris, à New York, à Los Angeles et à Montréal. À Paris, au Théâtre Marigny, il met en scène deux œuvres d’Eric-Emmanuel Schmitt : Le Visiteur etHôtel des deux mondes; au Théâtre de Paris : Madame Doubtfire; au Théâtre du Palais-Royal : Poste restante de Noel Coward; au Théâtre des Champs Elysées : Virage d'Alain Teulié et au Petit Théâtre de Paris : Being at home with Claude de René-Daniel Dubois. À Montréal, il met en scène des œuvres de Marguerite Duras, de Jean-Claude Brisville, de René de Obaldia et de Paul Claudel au Café de la Place. Au Rideau Vert, il monte Feydeau, Gabriel Arout, Ionesco et Paul Claudel; au Théâtre du Nouveau Monde : Labiche, Molière, Shakespeare, Eric-Emmanuel Schmitt; au Quat’Sous : Mishima, Ionesco et René-Daniel Dubois (Being at home with Claude). Le Théâtre d’Aujourd’hui lui doit Le facteur réalité de René Gingras, le Centaur, PIAF et The Visitor et le Leanor and Alvin Segal Theatre, My Old Lady. Chez Duceppe, il signe plusieurs mises en scène marquantes. Signalons ici P’pa, Gin Game, Ciel de lit, Bonne nuit m’man, En première page, Mort accidentelle d’un anarchiste, Le Printemps, monsieur Deslauriers, Délicate Balance, C’est ma vie, Très chère Mathilde et Equus au printemps 2008. « Je ne suis pas un homme à suivre un plan de carrière » nous confie-t-il. « Je préfère penser qu’il y a toujours un effet d’entraînement du fait de la disponibilité et du désir des autres. » Daniel Roussel, c’est le plaisir et le bonheur de faire ce qu’on aime avec des collaborateurs qu'on aime et de le faire pour le plaisir des spectateurs.

Critiques et commentaires

« Faites-vous plaisir. Allez voir ça. C’est plus qu’une pièce de théâtre, c’est un manifeste pour le droit de mourir dans la dignité. »

Le Grand Journal, TQS

« … une belle pièce… François Papineau […] tellement expressif, tellement vivant… texte original, lucide, mordant… dix excellents comédiens… c’est une très bonne pièce… »

Pourquoi pas dimanche, Première Chaîne

« Le spectacle […] veut provoquer le débat […] alors à ce niveau-là, c’est un spectacle parfaitement réussi. »

Désautels, Première Chaîne

« … les comédiens ont tous fait un boulot extraordinaire, François Papineau le premier. C’est crédible d’un bout à l’autre, on est dans son drame, on est dans sa tête… »

C’est bien meilleur le matin, Première Chaîne

Partenaire de production

Partenaire de la pièce