INFO-DUCEPPE

POUR ÊTRE INFORMÉ DE NOS ACTIVITÉS

Lac-Mégantic — Une catastrophe environnementale sans précédent au Québec

Posté le 7 Janvier 2020 - Catégories

La catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic est une tragédie humaine effroyable qui a coûté la vie à 47 personnes. Laissant une ville littéralement éventrée, elle a également causé de graves dégâts environnementaux. Gros plan sur ce déversement de pétrole brut léger dans la petite ville de 6 000 habitant·e·s. Mais auparavant, voici un rappel de quelques-uns des pires désastres pétroliers à survenir sur sur la planète au fil des quarante dernières années.

AMOCO CADIZ
16 mars 1978, France – PAVILLON LIBÉRIEN
CAUSE DE L’ACCIDENT : BRIS D’ÉQUIPEMENT
QUANTITÉ DÉVERSÉE : 227 000 TONNES DE PÉTROLE BRUT
ET DE FIOUL DE SOUTE
À la suite au malfonctionnement du gouvernail qui se bloque et de deux tentatives infructueuses de remorquage, le pétrolier libérien s’échoue au large des côtes bretonnes engendrant la plus grande marée noire par échouement de pétrolier jamais enregistrée dans le monde. On compte 360 kilomètres de littoral pollués.

ATLANTIC EMPRESS / AEGEAN CAPTAIN
19 juillet 1979, Caraïbes – PAVILLONS GRECS
CAUSE DE L’ACCIDENT : COLLISION
QUANTITÉ DÉVERSÉE : 276 000 TONNES DE PÉTROLE BRUT
Au large de l’île de Tobago, dans la mer des Caraïbes, deux superpétroliers battant pavillon grec se percutent. Le feu enveloppe l’Atlantic Empress et la proue de l’Aegean Captain. Vingt-six marins y laisseront leur vie.

ODYSSEY
10 novembre 1988, Canada – PAVILLON
BRITANNIQUE
CAUSE DE L’ACCIDENT : EXPLOSION
QUANTITÉ DÉVERSÉE : 132 000 TONNES DE PÉTROLE BRUT
Le pétrolier britannique voyage en Atlantique Nord, de l’Écosse vers le Canada, quand il est pris dans une tempête, à 1300 kilomètres des côtes de la Nouvelle-Écosse. Une explosion causera son naufrage dans l’Atlantique et la disparition des vingt-sept membres de l’équipage.

IXTOC UNO
3 juin 1979, Mexique
CAUSE DE L’ACCIDENT : ÉRUPTION DE PÉTROLE
QUANTITÉ DÉVERSÉE : 500 000 À 1 500 000 TONNES DE
PÉTROLE BRUT
Ce catastrophique déversement dans le golfe du Mexique, en baie de Campêche, fut provoqué par une éruption de pétrole qui a explosé et soufflé la plate-forme de forage Ixtoc Uno. Plus de neuf mois de travail seront nécessaires pour juguler la fuite.

CASTILLO DE BELLVER
6 août 1983, Afrique du Sud – PAVILLON ESPAGNOL
CAUSE DE L’ACCIDENT : EXPLOSION
QUANTITÉ DÉVERSÉE : 150 000 À 160 000 TONNES DE
PÉTROLE BRUT LÉGER
Alors qu’il se trouve à environ 80 kilomètres au large de Table Bay en Afrique du Sud, le pétrolier espagnol explose. Le navire dérive et se brise. Il coulera en deux temps : d’abord l’arrière près des côtes sud-africaines, puis l’avant, au large, après son remorquage.

GUERRE DU GOLFE
26 janvier 1991, golfe Persique
CAUSE DE L’ACCIDENT : ACTE DE GUERRE
QUANTITÉ DÉVERSÉE : 700 000 À 900 000 TONNES
D’HYDROCARBURES
Une immense marée noire est provoquée par le sabotage irakien du terminal pétrolier de Mina Al-Ahmadi, au large du Koweït, en pleine guerre du Golfe. 560 kilomètres de côtes sont alors pollués.

HAVEN
11 avril 1991, Italie – PAVILLON CHYPRIOTE
CAUSE DE L’ACCIDENT : EXPLOSION
QUANTITÉ DÉVERSÉE : 144 000 TONNES DE PÉTROLE BRUT
Au large de Gênes, ce pétrolier chypriote sombre après plusieurs incendies qui détruisent une grande partie de sa cargaison. Le reste du pétrole forme une marée noire qui dérive vers l’ouest, venant toucher de nombreux sites de la côte Ligure, puis atteint la Côte d’Azur jusqu’à Hyères.

DEEPWATER HORIZON
20 avril 2010, États-Unis
CAUSE DE L’ACCIDENT: EXPLOSION
QUANTITÉ DÉVERSÉE: 600 000 TONNES DE PÉTROLE BRUT
À 80 kilomètres au large des côtes de la Louisiane, la plate-forme pétrolière exploitée par le géant britannique BP est victime d’une explosion suivie d’un incendie. On déplore onze disparu·e·s et dix-sept blessé·e·s. La plate-forme sombre deux jours plus tard. L’explosion et le naufrage de Deepwater Horizon ont provoqué la pire marée noire de l’histoire des États-Unis.

D’autres pétroliers, dont le volume d’hydrocarbures était moins élevé, mais dont les naufrages furent très médiatisés, ont causé d’importantes catastrophes naturelles:

  • l’Exxon Valdez en 1989, dans l’océan Pacifique, au
    large de l’Alaska (38 500 tonnes);
  • le Sea Empress en 1996, à l’entrée de la baie de Milford Haven au pays de Galles (73 000 tonnes);
  • l’Erika en 1999, dans la Manche, au large de la Bretagne (entre 19 000 et 20 000 tonnes);
  • le Prestige en 2002, dans l’océan Atlantique, au large de l’Espagne et du Portugal (64 000 tonnes).
Toutes les données quantitatives dans cet article sont issues des fiches « Accidentologie » du Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (CEDRE).

GROS PLAN SUR LE DÉVERSEMENT À LAC-MÉGANTIC

Alors qu’il transporte une importante cargaison du pétrole brut léger et très volatile entre le Dakota du Nord et la raffinerie d’Irving Oil à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, un train de marchandises composé de cinq locomotives et de soixante-douze wagons-citernes déraille en plein centre-ville de Lac-Mégantic le 6 juillet 2013. Cet accident entraîne de nombreuses explosions et un gigantesque incendie. Quarante-sept personnes perdent la vie.

Dans les jours qui ont suivi la tragédie, avant que les expert·e·s puissent avoir accès à la tristement célèbre « zone rouge », on estimait le déversement pétrolier dans la rivière Chaudière à 100 000 litres. Quelques semaines plus tard, on apprenait que presque 6 millions de litres (environ 5 000 tonnes) de pétrole s’étaient déversés dans l’environnement ou avaient brûlé lors de l’accident.

ESTIMATION DES QUANTITÉS DE PÉTROLE BRUT LÉGER IMPLIQUÉES DANS L’ACCIDENT À LAC-MÉGANTIC*

PÉTROLE TRANSPORTÉ PAR LE TRAIN
7 679 000 litres

PÉTROLE BRÛLÉ OU DÉVERSÉ DANS L’ENVIRONNEMENT
5 978 000 litres

ESTIMATION DE LA QUANTITÉ DE PÉTROLE AYANT ATTEINT LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE
100 000 litres

* Source : Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, au 22 juin 2014

 

© Sûreté du Québec