Les jeunes critiques se prononcent sur Enfant insignifiant!

Posté le 9 Janvier 2018 - Catégories

Cette saison, DUCEPPE offre une tribune à de jeunes écrivains, des ados amoureux de théâtre, pour recueillir leurs impressions sur nos productions. Voici leurs critiques de la pièce Enfant insignifiant! :

Gabrielle Chartrand , 17 ans :
« Se replonger dans l’univers de Michel Tremblay est purement salvateur pour les âmes québécoises, pour les gens qui s’intéressent à cette culture jeune mais si riche et pour les anticonformistes de ce monde qui se rappellent avoir posé des questions de manière si assidue et insistante à leurs parents. »
« Bien que la distribution de comédiens soit très convaincante, Guylaine Tremblay éblouit. Sa voix, sa gestuelle, ses expressions faciales… toutes les petites parcelles de son jeu rendent le personnage de Nana si réaliste, si nuancé, que l’on ne peut qu’applaudir la comédienne. Un charisme incroyable se dégage de cette femme qui irradie d’énergie et d’émotions fortes, d’un pôle à l’autre. Bref, mention à Guylaine Tremblay. Henri Chassé est également excellent. » Lire la suite

Aurélie Dugas-Lebeau, 15 ans :
« Ce texte adapté et mis en scène par Michel Poirier m’a laissé sans mots. Ayant lu le livre, je connaissais les histoires, mais de les voir jouées avec autant de naturel et de talent m’a vraiment impressionnée. Michel Tremblay sait raconter des histoires simples de façon magistrale. Comme le livre, la pièce est divisée en scènes où Michel à différents âges pose plusieurs questions sur la religion, les traditions et la vie de tous les jours auxquelles son entourage a de la difficulté à répondre. N’importe qui peut se reconnaître un peu dans le personnage de Michel. Ses questionnements d’enfant nous amènent à nous poser les mêmes questions que lui. » Lire la suite

Nadège Gendron, 17 ans :
« Michel Tremblay a réellement un don pour créer un lien fort entre le spectateur et les personnages. On se reconnaît en ses questions existentielles et en sa manière de voir le monde au travers des yeux d’enfant. Sa famille, ses amis, ses enseignantes, tous ont des personnalités très colorées et caractéristiques qui permettent au spectateur d’y entrevoir sa propre enfance. Ça faisait longtemps que je n’avais pas ri autant! J’ai adoré ses personnages et j’ai été agréablement étonné que malgré mon jeune âge, en comparaison avec les gens qui m’entouraient, je sois arrivé à comprendre très bien le déroulement de la pièce. Le génie de Michel Tremblay arrive donc à rassembler autant les jeunes que les adultes. » Lire la suite

Mikaël Morin, 18 ans :
« En somme, toute l’équipe de création derrière cette production théâtrale peut se vanter d’avoir créé un spectacle d’une qualité exceptionnelle et d’un calibre très élevé. Enfant insignifiant ! est un incontournable en matière de spectacle à voir cette saison à Montréal. Les comédiens livrent une performance dynamique et juste, le texte aborde le thème de l’enfance avec humour et originalité, puis la mise en scène épate par son visuel éblouissant et son intelligence. » Lire la suite

Fabienne Pilon, 16 ans :
« À la sortie de la salle, on se demande un peu comment une pièce si proche de nos quotidiens a pu nous accrocher autant. Une partie de la réponse se trouve dans la question: on reconnait un peu de nos vies à chaque seconde du spectacle, de nos vies d’aujourd’hui même si ce n’est pas l’époque évoquée, de nos vies mais vues d’un œil tendre, d’un œil qui aime. Cela fait changement, et c’est très agréable. L’autre partie de la réponse se trouve dans les personnages, si réalistes et attachants qu’ils nous happent, qu’on y croit, qu’on se retrouve en eux. Et pour ce qui est du rapport à l’époque, il faut dire que certains thèmes, comme l’enfance, la famille, la religion et la mort de la mère de Bambi, ne se démodent pas.» Lire la suite

Flavie Vézina, 16 ans :
« L’ingéniosité de la scénographie, la beauté de la mise en scène et la justesse des comédiens font de cette pièce un autre chef-d’œuvre de Michel Tremblay. Nous y retrouvons d’ailleurs une incroyable prestation d’Isabelle Drainville dans le rôle de Mlle Karli où elle nous fait une crise de nerfs des plus réalistes suite aux interminables interrogations du jeune Michel. De plus, la mise en scène de Michel Poirier nous garde attentifs du début à la fin. Les personnages sont continuellement en mouvement et il n’y a donc aucun temps mort. » Lire la suite

Alexie Legendre, 17 ans :
« Bien dosé entre les sujets délicats et un humour léger, Tremblay est resté fidèle à sa plume habituelle. Par contre, je n’ai pas vu d’Hosanna flamboyant, de Marcel déchiré ou d’Augustine torturée. Je n’ai pas été emporté par une histoire rocambolesque, je n’ai pas pleuré devant la misère du peuple ni ri aux éclats face à l’absurdité de la vie. Je n’ai pas vu le vrai monde, mon vrai monde, qui caractérise pourtant l’œuvre de l’emblématique auteur. » Lire la suite