INFO-DUCEPPE

POUR ÊTRE INFORMÉ DE NOS ACTIVITÉS

Historique et mandat

Un théâtre actif, un espace de réflexion.

Un théâtre qui traite de thèmes fondamentaux et d’idées actuelles.

Un théâtre qui prend le pouls de la société et expose les enjeux importants du moment.

Un théâtre qui présente des pièces riches en émotions, qui font vibrer et voyager.

Un théâtre qui laisse une marque indélébile dans l’esprit de tous ceux qui en vivent l’expérience.

Un théâtre qui privilégie la production de textes contemporains québécois et issus du monde anglo-saxon, écrits ou traduits dans une langue vivante.

Une institution incontournable

Fondée en 1973, Duceppe produit chaque saison cinq spectacles de théâtre à la Place des Arts auxquels s’ajoutent des spectacles hors série.

Parce que Duceppe tient à ce que ses productions soient accessibles sur tout le territoire, la compagnie organise une à deux tournée par année dans les salles régionales du Québec.

Ce sont ainsi près de 100 000 spectateur·trices qui sont touché·e·s par les oeuvres proposées, chaque année.

46 saisons de Duceppe, c’est:

  • 6 500 000 spectateur·trice·s, à Montréal et dans tout le Québec
  • 10 426 représentations
  • 237 pièces produites
  • 68 œuvres québécoises, dont 44 créations
  • 106 tournées
  • 1965 interprètes

Nos valeurs

Ouverture
Un théâtre qui embrasse l’innovation, la relève, la diversité.

Accessibilité
Un théâtre où tous se sentent interpellé·e·s, touché·e·s, enrichi·e·s.

Équité
Un théâtre qui vise l’équilibre entre les hommes et les femmes, dans le choix des textes et des artistes.

Respect
Un théâtre à l’écoute, qui encourage le dialogue avec le public et les créateur·trice·s.

Rigueur
Un théâtre en perpétuelle quête d’excellence dans toutes les sphères de ses activités.

Sans oublier la promotion de la parole québécoise :

  • Duceppe a été la première compagnie à imposer des traductions québécoises et ce, dès sa fondation.
  • Duceppe s’assure de produire au moins une pièce québécoise chaque saison.
  • Depuis 2017, Duceppe s’implique de plus en offrant des résidences d’écriture afin de contribuer au développement de notre dramaturgie.

 

Duceppe, la compagnie de théâtre: d’hier à aujourd’hui

«Il faut que le théâtre soit la fête du grand public. Je veux le faire rire ou le faire pleurer; je veux réussir à l’atteindre, à le toucher, comme dans la vie.» — Jean Duceppe

Ces quelques mots résument à eux seuls la volonté de Jean Duceppe d’offrir un théâtre au peuple québécois qui met de l’avant une parole qui lui ressemble, qui le concerne.  Première compagnie à mettre en scène des traductions québécoises, à une époque où le théâtre était joué comme à Paris, Duceppe innovait et rendait accessible cet art vivant qui semblait à l’époque réservé à l’élite.

Naissance

En 1973, convaincu qu’il fallait présenter aux Montréalais Charbonneau et le Chef et La mort d’un commis voyageur qu’il venait de jouer au Trident, à Québec, Jean Duceppe fonde sa compagnie de théâtre en y mettant la passion, l’instinct et la détermination qui le caractérisait. Il s’installe au Théâtre Port-Royal de la Place des Arts. Dès la première saison, c’est l’engouement: cette année-là, la compagnie accueille 152 262 spectateurs.

 

Répertoire

Duceppe privilégie depuis toujours les œuvres contemporaines traitant des thèmes essentiels de notre vie, de nos préoccupations culturelles et sociales, dont des classiques d’Arthur Miller, de Tennessee Williams, de John Steinbeck, d’Eugene O’Neill, de Bernard Shaw, de Neil Simon et des œuvres plus récentes de David Mamet, David Lindsay-Abaire, Tom Holloway, Lee Hall, Nina Raine, Andrew Bowel, David Ives, J.T. Rogers.

Duceppe accorde également une place prépondérante à la dramaturgie nationale. C’est ainsi que ses spectateur·trice·s ont pu apprécier, entre autres, les œuvres de Michel Tremblay, Marie Laberge, Françoise Loranger, Gratien Gélinas, Marcel Dubé, Michel Marc Bouchard, John Thomas McDonough, Antonine Maillet, Steve Galluccio, Serge Boucher, Claude Meunier et Louis Saia, Evelyne de la Chenelière, Jean-Rock Gaudreault, Sébastien Harrisson, Stéphane Brulotte et Catherine-Anne Toupin. Depuis 2017, Duceppe propose des résidences d’écriture. Véritables laboratoires, ces résidences permettent à des auteur·trice·s de se concentrer sur l’écriture d’une nouvelle pièce grâce à une bourse de 15 000 $ offerte par la Fondation Jean Duceppe. Duceppe accueille François Archambault en 2017-2019, Nathalie Doummar en 2018-2020 et le Projet Bocal en 2019-2021.

 

Successions

Le 7 décembre 1990, Jean Duceppe s’éteint. Michel Dumont prend la relève à titre de directeur artistique avec le désir de poursuivre le rêve de son prédécesseur. En 1991, la Société de la Place des Arts change le nom du Théâtre Port-Royal en celui de Théâtre Jean-Duceppe en hommage à ce «grand homme de théâtre qui, depuis 1973, anime ces lieux par la présentation d’œuvres théâtrales dont le choix a toujours été déterminé par l’excellence et la qualité». En 2000, le Masque du public Loto-Québec est attribué à Duceppe pour La mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller, mise en scène de Monique Duceppe

«La Compagnie Jean Duceppe (…) se renouvelle sans cesse, conclut Michel Dumont. Nous lui insufflons notre profond amour du théâtre, un amour que nous partageons avec notre public. Nous travaillons également avec la relève, tant du côté des interprètes et des concepteurs que du côté des spectateurs.»

Le 8 février 2017, Michel Dumont annonce qu’il quittera ses fonctions de directeur artistique de la compagnie Duceppe, après 27 saisons exceptionnelles.

«J’ai décidé de passer le flambeau alors que je suis toujours animé par la passion et que j’ai toute l’énergie nécessaire pour assurer la transition avec la personne qui me succédera. Je pense qu’il est normal, et sain, de confier ce beau et grand rôle à quelqu’un d’autre après 27 ans .» —Michel Dumont

Au fil des saisons qu’il a façonnées, Michel Dumont a ainsi programmé des œuvres qui traitent de thèmes essentiels, de préoccupations culturelles et sociales qui vont droit au cœur du public. Une autre de ses priorités: accorder une place privilégiée à la dramaturgie nationale, s’assurant d’avoir au programme au moins une œuvre québécoise annuellement. En 2010, la compagnie Duceppe était d’ailleurs finaliste du 26e Grand Prix du Conseil des arts de Montréal «pour sa contribution remarquable à la vie théâtrale montréalaise et, plus particulièrement, pour son exceptionnelle saison 2009-2010 consacrée entièrement à la création d’œuvres québécoises.»

«Nous sommes fiers d’avoir été représentés par un ambassadeur aussi passionné durant toutes ces années. Michel a tout de suite démontré une filiation forte et naturelle reliée à l’énergie et au talent de mon père. Il s’est emparé de la mission de Duceppe avec fougue afin de surprendre, émouvoir et toucher un public fidèle et engagé. Nous poursuivrons cette magnifique aventure en lui faisant une place de choix comme comédien et traducteur au sein de nos productions. De plus, il continuera de siéger au conseil d’administration de la compagnie et demeurera membre du comité de lecture», mentionne Louise Duceppe, directrice générale de Duceppe.

Le 19 avril 2017, sur recommandation du comité de sélection composé de membres du conseil d’administration et de personnes issues du milieu théâtral, le tandem David Laurin et Jean-Simon Traversy est annoncé comme successeur à la direction artistique.

«C’est avec un immense plaisir que je salue la nomination de David Laurin et Jean-Simon Traversy à la direction artistique de Duceppe. La compagnie a toujours été dirigée par des passionnés, à commencer par mon père et par Michel Dumont qui lui a succédé en 1991. Aujourd’hui, un nouveau chapitre s’ouvre avec l’arrivée de ce tandem dont la vision et le dynamisme nous ont séduits à l’unanimité au sein du comité de sélection. Leur volonté de poursuivre la mission de démocratiser le théâtre rejoint les valeurs et les fondements de notre compagnie.» —Louise Duceppe, directrice générale

La saison 2019-2020 est la deuxième de ce nouveau codirectorat.

 

Dernière mise à jour: mars 2019