Michel Dumont

Michel Dumont aura été directeur artistique chez DUCEPPE pendant 27 saisons.  Son passage sera marqué par un engagement fort envers la dramaturgie nationale, et ce, jusqu’à ne programmer que des créations québécoises lors de deux saisons (2009-2010 et 1997-1998), faisant de Duceppe, un des seuls théâtres institutionnels à remporter  un tel pari.

En quelques mots

Figure de proue du théâtre et de la télévision, directeur artistique de DUCEPPE depuis 1991, Michel Dumont enchaîne les rôles depuis quarante ans en y laissant chaque fois une marque profonde. Son talent pour l’interprétation est un don qu’il n’hésite jamais à mettre en péril, explorant sans cesse les diverses facettes de son métier. Entre Kénogami (devenu Jonquière, puis Saguenay), où il est né et a grandi, où il est monté sur les planches pour la première fois, où il a goûté ses premiers succès et a reçu des mains de Paul Hébert un premier prix d’interprétation lors d’un festival de théâtre amateur, et Montréal où il s’installe en 1969, le chemin parcouru par Michel Dumont est impressionnant.

En 1999, dans une longue entrevue accordée au journaliste Pierre Maisonneuve pour l’édition du livre Michel Dumont, grandeur nature, publié chez Novalis, le comédien, jetant un regard sur sa carrière, se demandait : « Comment pourrais-je me plaindre ? » Car Michel Dumont n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il monte sur les planches. Quand on sait qu’il a joué dans plus de 75 pièces de théâtre et une quinzaine de téléromans et de téléséries au cours de sa carrière, on peut dire qu’il a non seulement côtoyé le bonheur mais qu’il a cohabité avec lui. Comment ne pas s’en réjouir ? Quand le bonheur se porte d’aussi belle manière, on ne peut qu’être séduit. Le public de théâtre et les téléspectateurs québécois aiment Michel Dumont et il le leur rend bien.

En 1973, Jean Duceppe fonde sa propre compagnie de théâtre et présente La mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller, à Montréal. Il offre à Michel Dumont le rôle de Biff, l’un des deux fils de Willy Loman, le personnage central de la pièce, interprété par Jean Duceppe. « Ce sera, écrivait Chantal Éthier en avril 1999 dans le magazine Châtelaine, entre le comédien d’expérience et le jeune acteur, le début d’une longue complicité. »

Une carrière florissante

Par la suite, les grands rôles se succèdent. De l’incarnation de Petrucchio dans La Mégère apprivoisée de Shakespeare en 1973 à l’interprétation de Gaev dans La Cerisaie de Tchekhov en 2011, Michel Dumont a plus d’une fois impressionné le public par son jeu. Nous vous invitons à parcourir dans sa théâtrographie, une liste non exhaustive des rôles qu’il a tenus dans sa carrière.

À la télévision, Michel Dumont est également amené à camper une multitude de rôles depuis les années 1970 où il joue Fantoche, dans Picotine, une émission pour enfants qu’il coécrit avec Linda Wilscam. Au cours des années, il fait aussi sa marque dans les émissions Monsieur le ministre, Des Dames de cœur, Urgence, La Petite Vie, Omertà, La loi du silence, Providence et dans Yamaska, téléroman qui lui vaut une nomination aux prix Gémaux en 2010 et aux prix Artis en 2012. Il est récipiendaire de trois prix Gémeaux : en 1998 pour Omertà, la loi du silence (meilleure interprétation rôle de soutien : dramatique) en 2003 pour Bunker, le cirque (meilleure interprétation rôle de soutien : dramatique) et en 2013 pour Yamaska (meilleur rôle de soutien masculin : téléroman).

Au grand écran, on peut le voir, entre autres, dans Café de Flore de Jean-Marc Vallée et tout récemment, en 2015, dans Le Garagiste de Renée Beaulieu.

Veuillez vous reporter à la section filmographie de Michel Dumont afin d’en savoir plus.

À la suite du décès de Jean Duceppe, survenu le 7 décembre 1990, Michel Dumont devient directeur artistique de DUCEPPE. Il prend alors la relève d’un homme que le public aimait « comme il aimait les René Lévesque et Félix Leclerc, » précise-t-il dans Michel Dumont, grandeur nature. « La programmation […] l’image que nous avons auprès du public, le choix de présenter tel type de spectacle », tout cela repose désormais sur lui. Et il s’y engage, là encore, avec passion.

Au cours des récentes années, le comédien Michel Dumont a abordé des rôles dont la charge symbolique et émotive est forte (comme celui de Willy Loman dans La mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller). Jean Duceppe l’avait déjà campé et en avait laissé dans l’imaginaire collectif un souvenir impérissable. En avril 1999, lors de la première représentation de La mort d’un commis voyageur au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts, Michel Dumont quitte les autres acteurs afin d’aller préparer son entrée, seul, sous la scène. « Je me revois, relate-t-il encore dans Michel Dumont, grandeur nature […] seul avec mes deux valises. J’étais habité d’une peur mêlée d’un désir profond de monter sur scène. Je me souviens… Placé devant le miroir, j’ai redressé mon chapeau. Je revoyais Jean Duceppe dans son costume, avec son chapeau. […] Monsieur Duceppe, on y va tous les deux, on monte ensemble ! Accompagné de Jean Duceppe, je suis monté. Une fois rendu sur la scène, il m’a laissé aller, j’ai joué mon rôle, tout seul. Comme si le cordon venait d’être coupé. »

Au fil des ans, sur la scène de DUCEPPE, il a campé des rôles aussi connus qu’éclectiques dont, entre autres, Ernest Hemingway (Dans l’ombre d’Hemingway), Antonio Salieri (Amadeus), Henri II Plantagenêt (Le Lion en hiver), Big Daddy (La chatte sur un toit brûlant), monseigneur Charbonneau (Charbonneau et le Chef), Vania (Oncle Vania) et le cardinal Mazarin (Le Diable rouge).

Militant pour la vie

En janvier 2010, Michel Dumont a été honoré par l’Assemblée nationale du Québec pour son engagement à titre de porte-parole de la Société d’Alzheimer Rive-Sud. Le 25 mai 2001, il recevait un doctorat honorifique de l’Université du Québec à Chicoutimi. Cette grande marque d’estime, de respect et de reconnaissance, le directeur artistique de DUCEPPE l’a accueillie avec fierté, mais aussi avec toute l’humilité qu’on lui connaît. Aboutissement d’une carrière fructueuse qui l’a mené de Kénogami, où il est né en 1941, jusqu’à Montréal? Plutôt un formidable encouragement à poursuivre son travail avec toute la passion qui l’habite. En 2013, Michel Dumont a été nommé officier de l’Ordre national du Québec.

Lecteur boulimique, passionné de mots croisés, amoureux des chats, curieux de tout, Michel Dumont a depuis longtemps, depuis toujours sans doute, une relation d’amour passionnée avec la vie, aux sources de laquelle il puise son immense talent et son énergie sans fin et dans laquelle il a tracé des sillons indispensables et profonds.

Sa dévotion à partager son amour du théâtre avec tous, mais en particulier avec les futures générations est à souligner. Son enthousiasme pour les arts de la scène se fait sentir dans toutes les causeries publiques qu’il anime et dans toutes les rencontres chaleureuses qu’il partage avec le public. Le travail acharné de Michel Dumont aura laissé et continue de laisser une marque indélébile dans l’histoire du théâtre québécois.

Quelques rôles joués au cinéma

AnnéeFilmRéalisationProduction
1990CargoFrançois GirardLes productions Cargo inc. pour Velvet caméra inc. et Cléo 24 inc.
2006Sans elleJean BeaudinChristal Films
2010Café de FloreJean-Marc ValléeItem 7 et Films Crazy
2012OmertàLuc DionneCinémaginaire
2015Le garagisteRenée BeaulieuProduction du moment et TVA Films

 

 

Quelques rôles joués à la télévision

AnnéeRôleÉmission/télésérie/téléromanAuteur
De 1970 à 1978Éric St-GermainLes BergerMarcel Cabay
De 1972 à 1975FantochePicotineMichel Dumont et Linda Wilscam
De 1976 à 1982Vincent TremblayDu tac au tacAndré Dubois, Jean-Pierre Plante, Raymond Plante
1978Colonel ChandlerLe procès d’AndersonLouis-Georges Carrier, André Dubois
De 1978 à 1981JosRace de mondeVictor-Lévy Beaulieu
De 1982 à 1986Alain RobertMonsieur le ministreSolange Chaput-Rolland
De 1986 à 1989Gilbert TrudelDes Dames de cœurLise Payette
De 1991 à 1994Henri St-JeanMarilynLise Payette
De 1993 à 1998Sergent TanguayLa petite vieClaude Meunier
En 1996 et 1997Gilbert Tanguay1Omertà, la loi du silenceLuc Dionne
1997Gilbert TanguayOmertà II, La loi du silenceLuc Dionne
1997Le docteur Yves PerrasUrgenceFabienne Larouche et Réjean Tremblay
1998 à 1999Léo ParadisLa Part des angesSylvie Payette
De 1999 à 2001Léon Béliveau (Vieux Jazz)Rue L’EspéranceJacques Savoie
2001Jean DansereauL’orAndré Petrowski, Anne Boyer, Michel d’Astous, Michelle Allen
2002Maurice St-Jean2Bunker, le cirqueLuc Dionne
De 2002 à 2008M. CharbonneauRumeursIsabelle Langlois
2005LemoyneDétect Inc.Claude Meunier
2006René BédardUn Homme mortFabienne Larouche
De 2007 à 2008Dr LaroucheLes étoiles filantesFrançois Archambault
De 2009 à 2011Capitaine LambertProvidenceChantal Cadieux
Depuis 2009Zachary Harrison3YamaskaAnne Boyer et Michel D’Astous

1 Prix Gémeaux 1998, meilleure interprétation dans un rôle de soutien
2 Prix Gémeaux 2003, meilleure interprétation dans un rôle de soutien
3 Nomination aux prix Gémeaux 2010, meilleur rôle de soutien

Quelques rôles joués au théâtre

AnnéeRôlePièceAuteur
1972, 1982BrickLa chatte sur un toit brûlantTennessee Williams
1973PetrucchioLa Mégère apprivoiséeShakespeare
1977Pip ThompsonDes frites, des frites, des fritesArnold Wesker
1983Henri DumasLes GarsJean Barbeau
VladimirEn attendant GodotSamuel Beckett
saisons 1985-1986 et 2003-2004Monseigneur CharbonneauCharbonneau et le ChefJohn Thomas McDonough
1987LennieDes souris et des hommesJohn Steinbeck
1987le juré no 8Douze hommes en colèreReginald Rose
1990Thomas StockmannL’ennemi du peupleHenrik Ibsen
1990Henri HigginsPygmalionGeorge Bernard Shaw
1991WalterLe PrixArthur Miller
1993Sir TobyLa Nuit des roisShakespeare
1993Pavel Kirilitch LebedevIvanovAnton Tchekhov
1993QuentinAprès la chuteArthur Miller
1996LéopoldÀ toi, pour toujours, ta Marie-LouMichel Tremblay
1998ÉdouardUn simple soldatMarcel Dubé
1999Willy LomanLa mort d’un commis voyageurArthur Miller
2000Big DaddyLa chatte sur un toit brûlantTennessee Williams
2003Sir GeorgeL’HabilleurRonald Harwood
2006VaniaOncle VaniaAnton Tchekhov
2008Henri II PlantagenêtLe Lion en hiverJames Goldman
2009Antonio SalieriAmadeusPeter Shaffer
2009HenriUne maison face au nordJean-Rock Gaudreault
2010DenisExcuse-moiSerge Boucher
2010GaevLa CerisaieAnton Tchekhov
2011Ernest HemingwayDans l’ombre d’HemingwayStéphane Brulotte
2013MazarinLe Diable rougeAntoine Rault
2013Rosaire BouchardLa traversée de la mer intérieureJean-Rock Gaudreault
2014SimonAoût – Un repas à la campagneJean Marc Dalpé
2015Joseph KellerIls étaient tous mes filsArthur Miller
2016HenriLes hérosGérald Sibleyras
Étés 2003 et 2004Le Dîner de consFrancis Veber
Été 2005François TremblayUn homme en taxi en vaut deuxRay Cooney
Été 2006Richard WatierLibre ÉchangeRay Cooney
Été 2007Richard WatierTiens ça mortRay Cooney