INFO-DUCEPPE

POUR ÊTRE INFORMÉ DE NOS ACTIVITÉS

David Laurin et Jean-Simon Traversy

Le 19 avril 2017, Le conseil d’administration de Duceppe annonçait fièrement la nomination de la nouvelle direction artistique: un tandem composé de David Laurin et Jean-Simon Traversy.

David Laurin et Jean-Simon Traversy se sont démarqués notamment avec la fondation en 2009 de leur compagnie LAB87. Née du désir de produire un théâtre contemporain innovateur et accessible, LAB87 a toujours veillé à établir un pont durable entre la dramaturgie anglo-saxonne émergente et les scènes québécoises. L’arrivée chez Duceppe de David Laurin et Jean-Simon Traversy s’inscrit ainsi naturellement dans un chapitre important de l’histoire et de la mission artistique de la compagnie.

«C’est avec fierté et passion que nous défendrons la mission de cette grande institution. Comme nos prédécesseurs, messieurs Jean Duceppe et Michel Dumont, nous souhaitons contribuer à rendre notre société plus sensible et plus ouverte, en présentant des œuvres à la fois actuelles, accessibles et marquantes. Nous rêvons d’un théâtre porté vers l’avenir qui participe au développement et au rayonnement de la dramaturgie québécoise par le biais de résidences d’auteurs, un théâtre qui s’adresse à toutes les générations de manière créative, et qui veille à la représentativité des femmes, de la diversité et de la relève. Nous travaillerons sans relâche à ce que Duceppe soit reconnu comme un lieu de rencontre accueillant, stimulant et toujours aussi profondément humain.» — David Laurin et Jean-Simon Traversy.

DAVID LAURIN

Diplômé de l’École de théâtre du Collège Lionel-Groulx en 2005, David Laurin est comédien et traducteur. Depuis avril 2017, il est codirecteur artistique chez Duceppe, aux côtés de Jean-Simon Traversy.

David Laurin a traduit plus d’une vingtaine de pièces de théâtre dont Ceux que l’on porte de Andrew Dainoff, Les marches du pouvoir de Beau Willimon, L’obsession de la beauté de Neil LaBute, L’absence de guerre de David Hare, Les flâneurs célestes de Annie Baker, Scotstown de Fabien Cloutier et Constellations de Nick Payne. Chez Duceppe, il a traduit les pièces Ils étaient tous mes fils d’Arthur Miller en 2015 et Oslo de J.T. Rogers, pièce acclamée par la critique et le public à l’automne 2018. On lui doit également la traduction de quelques romans, biographies, séries télévisées et jeux vidéo.

Comme acteur, il fait ses premières armes dans Antoine et Cléopâtre au TNM, avant de participer à une trentaine de pièces, dont Les Misérables, L’obsession de la beauté, Mika l’enfant pleureur, Le Cid, Le blues d’la métropole, Le Petit Roy et Tribus. Il collabore aussi aux productions Un peu de tendresse, bordel de merde! et La pornographie des âmes du chorégraphe Dave St-Pierre. Chez Duceppe, on l’a applaudi alors qu’il interprétait Gabriel Law dans la pièce Quand la pluie s’arrêtera en 2017. Il incarne également le rôle de Curley dans la tournée québécoise de la pièce Des souris et des hommes à l’hiver 2020.

Au petit écran, il incarne le jeune Jean Duceppe dans la série éponyme, en plus de faire des apparitions dans Minuit le soir, Virginie, Les hauts et les bas de Sophie Paquin, Le cœur a ses raisons, Toute la vérité et Lâcher prise. Il décroche son premier rôle au cinéma dans le film À vos marques party! 2.

En 2009, avec le désir d’établir un pont avec la dramaturgie anglo-saxonne émergente, il cofonde LAB87 avec Mathieu Quesnel, François-Simon Poirier et Jean-Simon Traversy. La compagnie a notamment présenté les pièces L’obsession de la beauté, Les flâneurs célestes, Tribus, L’amour est un dumpling, Quand la pluie s’arrêtera, Il faudra bien qu’un jour et Toutes les choses parfaites. Ces deux dernières pièces ont été reprises dans le cadre des 5 à 7 Duceppe au printemps et à l’automne 2019.

 

JEAN-SIMON TRAVERSY

Jean-Simon Traversy est directeur artistique, metteur en scène et traducteur. En avril 2017, dix ans après sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, il était nommé à la direction artistique de Duceppe, conjointement avec son équipier de longue date, David Laurin. Auparavant, les deux hommes étaient à la barre de la compagnie LAB87, animés par une passion commune pour la dramaturgie anglo-saxonne émergente.

À la saison 2018-2019 de Duceppe, la première sous leur direction, Jean-Simon signe une mise en scène saluée unanimement, celle de la pièce Le Terrier de David Lindsay-Abaire, qu’il avait d’abord créée à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier à l’automne 2016.

Avec LAB87, il a mis en scène Les flâneurs célestes d’Annie Baker, Constellations de Nick Payne et Yen d’Anna Jordan, en plus de travailler comme assistant-metteur en scène de Frédéric Blanchette sur L’Obsession de la beauté de Neil LaBute et Tribus de Nina Raine. LAB87, conjointement avec Denis Bernard, a également mis sur pied Les 5 à 7 de La Licorne avec les pièces L’amour est un dumpling,Toutes les choses parfaites et Il faudra bien qu’un jour.

Jean-Simon Traversy a assuré la mise en scène de nombreuses autres pièces parmi lesquelles Super Poulet de Stéphanie Labbé, Farragut North de Beau Willimon, Eigengrau de Penelope Skinner, Simone et le whole shebang d’Eugénie Beaudry, Hamster de Marianne Dansereau et Nos coeurs remplis d’uréthane d’André Gélineau. Il était aussi l’un des six metteurs en scène de À te regarder, ils s’habitueront au Théâtre de Quat’sous, projet initié par Olivier Kemeid et Mani Soleymanlou. Il a dirigé Bras-de-Fer de Mathieu Héroux et Astéroïde B612 d’Éric Noël, des productions de La Roulotte, en tournée dans les parcs de Montréal. De 2014 à 2017, il a été conseiller artistique de Claude Poissant au Théâtre Denise-Pelletier.

Également traducteur, il signe la version québécoise des pièces Eigengrau de Penelope Skinner, Rouge Speedo de Lucas Hnath, Tribus de Nina Raine et Toutes les choses parfaites de Duncan Macmillan.